Un inventaire participatif pour recenser les lichens forestiers

Vous aimez la nature ? Vous voulez aider la science ? Alors partez sur la piste des lichens forestiers. C'est la troisième enquête participative lancée par la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes. Elle doit permettre de mieux connaître la répartition de ces organismes dans la région.

  • France 3 Auvergne
  • Publié le
© France 3 Auvergne

© France 3 Auvergne

Le lichen pulmonaire (de son vrai nom Lobaria pulmonaria) est reconnaissable à sa surface marquée par des reliefs en forme d'alvéoles, comme un poumon. Il est l'une des huit espèces inventoriées dans le cadre d'une enquête de science participative lancée dans le Massif-Central.

Pendant un an, prés de 200 particuliers ou professionnels sont invités à traquer les lichens forestiers dans toute la région. On doit cette initiative à la DREAL, la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement. Il s'agit de collecter des informations sur la localisation et la répartition de ces huit espèces, choisies pour leur facilité d'observation  et les informations qu'elles peuvent apporter.

Cette démarche demande une grande précision, comme l'explique Christian Hurtado, membre de l'association française de lichenologie : "on emploie uniquement des noms scientifiques en lichens. Ça simplifie beaucoup les choses parce que chaque fois qu'un nom a été donné, il est à côté de la plaque."


Des indicateurs utiles

On retrouve les lichens partout  en pleine nature mais aussi dans nos villes et nos villages  On en connait plus de 20.000 espèces dans le monde, plus de 3.000 en France et un millier en Auvergne. Les lichens étaient autrefois consommés en période de famine, pour des propriétés médicinales ou utilisés pour teindre des textiles et même distillés. Aujourd'hui encore  ils servent pour certaines fabrications  comme le parfum.

"Ils sont également de très bons bio-indicateurs" ajoute Sylvain Marsy, chargé de mission nature et forêt à la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, "c'est-à-dire que leur présence ou leur absence révèle des éléments importants du climat, du milieu ou de l'impact de l'homme sur le milieu dans lequel on observe". Et les exemples ne manquent pas. Il suffit de se tourner vers l'arbre le plus proche : "ce lichen indique plutôt un air riche en azote, donc un peu pollué alors que cet autre est indicateur d'une bonne qualité de l'air sur un paramètre différent qui est la pollution au soufre."

Une espèce ancienne retrouvée

Cette enquête participative va durer un an. Les informations saisies sur le terrain sont transmises à un site dédié élaboré par le Muséum National d'Histoire Naturelle. Il étudiera ces données après leur validation tout comme la dizaine de partenaires associés à l'opération.

Certaines informations intéressantes ont déjà été rassemblées. L'étude a permis par exemple de retrouver une espèce ancienne signalée dans la littérature au XIXe siècle : "au bout d'un mois d'enquête participative, quelqu'un nous a signalé la présence de cette espèce sur les monts du Cantal, photos à l'appui. La donnée a été confirmée et on est aujourd'hui en mesure de dire que cette espèce répertoriée en 1850 est réellement présente encore aujourd'hui en Auvergne."

Le recensement des lichens forestiers  débuté en Auvergne  dans le cadre de l'inventaire national du patrimoine naturel  devrait être étendu à la France entière l'an prochain.  Si vous êtes intéressés, une nouvelle session de formation à cette enquête est prévue en Auvergne en avril. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'à la fin du mois de mars.

Un recensement participatif pour mieux connaître les lichens forestiers

Vous aimez la nature ? Vous voulez aider la science ? Alors partez sur la piste des lichens forestiers. C'est la troisième enquête participative lancée par la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes. Elle doit permettre de mieux connaître la répartition de ces organismes dans la région. Intervenants : Christian Hurtado (Membre de l'association française de lichenologie), Sylvain Marsy (Chargé de mission nature et forêt à la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes)  -   -  Reportage : Christian Darneuville, Richard Beaune, Laurent Bortolazzo, Brice Ordas

 

  • Ambert : une cigogne blessée par balle en plein vol

    Mercredi 17 août, dans la soirée, une cigogne a été retrouvée bien amochée à Ambert par un passant. Blessée par balle, l'animal a été emmené le lendemain matin au centre de sauvegarde de la LPO. La cigogne a été opérée. Elle va avoir une longue période de convalescence.

    Mis à jour le 19/08/2016
  • Col du Béal : le rendez-vous de l'année pour les amateurs de myrtilles

    La myrtille était à l'honneur, lundi, au Col du Béal. L'or noir des montagnes auvergnates est réputé. Les amateurs viennent de loin pour s'approvisionner. Les producteurs ont même du mal à répondre à la demande...

    Mis à jour le 16/08/2016
  • A Authezat, 24 heures pour un inventaire de la biodiversité

    La nature est en fête, ce dimanche, à Authezat. Sur le domaine de Chadieu, au bord de la rivière Allier, le centre permanent d'éducation à l'environnement propose au public une journée baptisée "Le Grand Défi Biodiversité". Explications.

    Mis à jour le 26/06/2016
  • Deux-Sèvres : un inventaire des arbres remarquables du département

    Un inventaire des arbres remarquables des Deux-Sèvres a été réalisé pour répertorier tous les arbres hors du commun que possède le département.

    Publié le 28/09/2016
  • Bearn : c'est la fin des estives

    Les descentes d’estives commencent. Pour certains, ce sera l’heure du bilan des pertes notamment des prédations d’ours et de vautours. Pour d’autres, c’est le retour à la civilisation après trois mois passés en montagne.

    Mis à jour le 26/09/2016
  • Masevaux : le sentier de la concorde

    Marcheurs et vttistes ne cohabitent pas toujours très bien sur les sentiers vosgiens, mais dans la vallée de la Doller, ils ont décidé de collaborer ! Les deux roues ont proposé leurs services au Club Vosgien, pour entretenir les sentiers ou en créer un nouveau.

    Mis à jour le 25/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

Saint-Beauzire (43) va accueillir des réfugiés

Une convention a été passée entre la préfecture de Haute -Loire et l'association Léo Lagrange, gestionnaire du village de vacances de Saint-Beauzire. pour héberger en octobre une cinquantaine de migrants. Intervenants : Didier Luce (Directeur du centre d'accueil Léo Lagrange) Pierre-Serge Mondani (Maire Parti Radical Valoisien) Catherine Legate (Commerçante riveraine) Maxime Estrade (riverain)

Reportage Gérard Rivollier Elodie Brot Monnier Montage Dominique Leyerloup

© France 3 Auvergne

les + lus
les + partagés