Première "Nuit debout" à Rennes

Ce mardi soir, quelque 200 personnes se sont donné rendez-vous sur l'esplanade Charles-de-Gaulle, à Rennes, pour une "Nuit debout". Objectif : débattre et échanger des idées.

© Jean-François Monier / AFP
À l'image du rassemblement de Paris, les Rennais voulaient, eux aussi, leur "Nuit debout". Chose faite, ce mardi soir : pour le premier événement de ce type, environ 200 personnes se sont rassemblées sur l'esplanade Charles-de-Gaulle. La veille, sur Facebook, 1 000 personnes avaient pourtant annoncé leur participation.


Ambiance pacifique

Les manifestants sont venus poursuivre la manifestation, dans une ambiance pacifique.


La plupart des manifestants, essentiellement des jeunes étudiants ou travailleurs, se sont assis sur le sol, avec couvertures, pique-niques et instruments de musique.

Débat

Dans la foule, un micro circule : les prises de parole se succèdent. Un militant syndical prend la parole, évoque l'importance du code du travail, de son histoire, le fait que tous les droits acquis sont actuellement attaqués.

Plus tard, une dame d'une quarantaine d'années , intervient, "ni syndiquée, ni dans un parti politique", tient-elle à préciser : "On n'a plus les mains sur notre avenir, on n'a plus aucune possibilité d'agir sur tout ce qui nous concerne."

Dans la soirée, un vote a été improvisé : rester sur l'esplanade Charles-de-Gaulle, lieu autorisé par le préfet et la mairie, ou se rendre sur la place du Parlement de Bretagne, interdite par la préfecture ? Les personnes présentes ont choisi la première solution, pérennissant le calme de la mobilisation.

Peu de villes mobilisées

En France, peu de villes se sont mobilisées pour une "Nuit debout".

La mobilisation doit se poursuivre encore quelques jours.
durée de la vidéo: 01 min 59
Première "Nuit debout" à Rennes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter