A Orléans scientifiques et industriels font le point sur l'hydrogène et les piles à combustible pour les voitures de demain

Des voitures à hydrogène présentées à Orléans
Comment réduire ses emissions de CO2 lors de ses deplacements ? Ces dernieres années, la voiture électrique est montée en puissance mais qu'en est il de la voiture à pile combustible.. le vehicule hydrogene censé remplacer le moteur thermique. où en est on de cette technologie? direction la CNRS d'orleans qui travaille sur le sujet et où un colloque européen reunissait chercheurs et industriels européens sur la question - France 3 centre-VDL - RB, VL

La voiture à hydrogène, c’est la promesse de véhicules « zéro émission ». Alors quels progrès récents ont été réalisés pour le transport automobile ? C'est l'objet du colloque qui se tient à Orléans pendant 3 jours.

Par Fabienne Marcel

Dresser un état des lieux des progrès accomplis en Europe pour réaliser les objectifs de la COP21 en termes de transport et de mobilité durable utilisant l’hydrogène : tel est le but du « colloque européen sur les véhicules piles à combustible» qui se déroule à Orléans du 1er au 3 mars 2017. Cet évènement réunit chercheurs et industriels, de PME ou de grands groupes français et européens. Il est organisé par le CNRS et le projet SMARTCat qui vise à développer des catalyseurs innovants pour les piles à combustible utilisées dans l’automobile. Ce projet est co-financé par la Fuel Cell and Hydrogen - Joint Undertaking (FCH2-JU) via le programme cadre de recherche et innovation H2020 de l’Union européenne.

La recherche sur les véhicules à hydrogène est l’une des plus actives au monde.

Au programme, 8 conférences plénières, 40 présentations et une table-ronde sur la recherche et l’innovation. Ce colloque rassemble à Orléans plus de 80 chercheurs pour valoriser le potentiel industriel des véhicules hydrogène. Les grands groupes industriels européens (Toyota, Daimler, BMW, Volkswagen, Audi, Johnson Matthey Fuel Cells, …) ainsi que des PME européennes et françaises (Anleg, Borit, NelHydrogen,Symbio, STEP, …) y seront représentés.
© Rebecca Benbourek - France 3 Centre-VDL
© Rebecca Benbourek - France 3 Centre-VDL

Voiture à hydrogène : késako ?


Les véhicules électriques à PAC (pile à combustible) sont propulsés par de l’électricité produite à partir d’hydrogène et d’oxygène. Ils ne rejettent que de l’eau au moyen de leur pot d’échappement. Les véhicules électriques à PAC, considérés comme complémentaires des véhicules électriques à batterie, constituent la prochaine génération de voitures « propres » dotés d’une autonomie de plusieurs centaines de kilomètres.

Comme les véhicules électriques à batterie, les véhicules électriques à PAC offrent un rendement énergétique supérieur à celui des modèles conventionnels, tout en diversifiant les sources d’énergie au-delà du pétrole.

Sur un véhicule à PAC, l’électricité est produite à bord du véhicule, dans la pile à combustible. Elle résulte d’une réaction électrochimique entre l’hydrogène, stockée dans un réservoir à haute pression conçu à cet effet, et l’oxygène de l’air. Les seuls produits rejetés sont de la vapeur d’eau et de la chaleur.

Quel délai pour rouler dans des voitures à hydrogène ? 

Quelques modèles de voitures à PAC sont déjà commercialisés : la Toyota Mirai, en japonais, « Mirai » signifie « Futur » lancée en Europe fin 2015, la Hyundai ix35 vendue depuis 2015, et la Honda Clarity disponible depuis septembre 2016.

Le producteur automobile japonais Honda a commencé à vendre ses premières voitures à hydrogène, les Honda Clarity, aux Etats-Unis en 2016. Les clients pourront louer un des véhicules avec un accord de leasing, en payant au moment de l’acquisition 2 868 dollars puis 369 dollars par mois. Le prix inclut aussi une carte spéciale, d’un crédit s’élevant à 15 000 dollars, à utiliser aux stations de ravitaillement d’hydrogène, permettant, ainsi, de parcourir environ 30 000 km par an.
Honda reste encore prudent sur ce marché, préférant investir de l’argent pour analyser les retours de ses premiers clients et ainsi éviter un lancement risqué à grande échelle qui pourrait provoquer des pertes financières importantes.
Moteur à hydrogène Toyota Mirai  / © Toyota
Moteur à hydrogène Toyota Mirai / © Toyota
La commercialisation à grande échelle des véhicules à PAC se heurte encore à plusieurs obstacles rédhibitoires. Notamment, le coût de ces voitures reste élevé. Par exemple, il faut compter par moins de 79 200 euros pour s’offrir la Mirai, quand les Français dépensent en moyenne 25 000 euros pour une voiture neuve. De plus, la durée de vie moyenne de leurs PAC ne dépasse pas 4 100 heures, ce qui permet de parcourir seulement 100 000 kilomètres.

Pour égaler l’espérance de vie d’un moteur diesel (300 000 kilomètres), ils devraient fonctionner 7 000 heures sans dégradation. Autre hic : l’hydrogène est à l’heure actuelle très majoritairement obtenu à partir de ressources fossiles comme le charbon ou le gaz… Enfin, il n’existe pour l’instant en France qu’une quinzaine de stations permettant le remplissage en hydrogène.


Sur le même sujet

Réouverture d'un commerce en zone rurale, près de Sancerre (Cher)

Près de chez vous

Les + Lus