Le parlement renonce à la taxe de mouillage réclamée par l'Assemblée de Corse

Pour la plus grande satisfaction des plaisanciers et professionnels du nautisme, cet amendement a été supprimé lors de l'adoption définitive de la loi NOTRe par l'Assemblée Nationale

Par CS

La possibilité pour les collectivités territoriales de percevoir une taxe de mouillage sur les navires de plaisance de plus de vingt-cinq mètres stationnant dans des aires marines avait suscité la grogne dans le milieu nautique. Défendu par Paul Giacobbi, cet amendement avait pour objectif de limiter la fréquentation par les plaisanciers des réserves naturelles de Scandola et des Bouches de Bonifacio, menacées de pollution par leur affluence.

Le parlement a retoqué cette nouvelle redevance, envisagée à 20 euros par jour et par mètre de longueur du navire, au motif qu'elle ne concernerait que la Corse et non l'ensemble du territoire national.

reportage de Marie-Françoise Stéfani et Ludivine Favrel
abandon taxe de mouillage

Instaurée en Sardaigne, une taxe de ce type conduit toujours plus de plaisanciers à jeter l'ancre dans les Bouches de Bonifacio notamment.

Les élus corses devraient présenter à nouveau cette proposition dans le cadre de la prochaine loi de finances.

Sur le même sujet

Ajaccio : les terrasses du centre-ville en sursis

Près de chez vous

Les + Lus