publicité

Les lycéens corses de nouveau mobilisés en soutien aux prisonniers placés en quartiers disciplinaires

De nouvelles manifestations ont eu lieu dès l'ouverture des établissements scolaires ce vendredi dans les principales villes de Corse. Les lycéens entendent ainsi apporter leur soutien aux prisonniers placés en quartiers disciplinaires dans des prisons du continent.

  • Par Michèle Mignot
  • Publié le 22/01/2016 | 09:45, mis à jour le 22/01/2016 | 19:14
Porto Vecchio, Bastia, Calvi, Sartene... le mot d'ordre de la Ghjuventù Indipendentista a été relayé jeudi dans différentes villes de Corse. Le mot d'ordre a été reconduit ce vendredi matin.

A l'heure de l'ouverture des établissements scolaires, des poubelles avaient été placées devant la porte, et un cortège de lycéens a manifesté avec banderoles, comme à Ajaccio.

Le reportage d'Oliver Cortel et Sylvie Wolinsky:
Mobilisation
Manuel Valls Premier Ministre

Soutiens à Borgo
Les détenus dits "droit co" au centre pénitentiaire de Borgo ont débuté une grève des plateaux repas jeudi. Une dizaine de prisonniers dits "politiques" ont entamé une grève de la faim. Ils entendent poursuivre ce mouvement "jusqu'à nouvel ordre". 

Sur le continent également, des détenus se sont mis en grève de la faim ou observent la grève des plateaux repas. Difficile de les dénombrer à l'heure actuelle, tant le mouvement semble prendre de l'ampleur au fil des heures.

Mobilisation de Sulidarità
De son côté l'associu Sulidarità appelle à la mobilisation samedi à 16 heures, en différents points de l'île :

- Aiacciu : Devant la préfecture.
- Lucciana : Rond point d'a Crucetta.
- Porti Vechju : Aux Quatre Chemins.
- Corti : A la gare.
- A Ghisunaccia : Carrefour de Ghisonaccia.
- Ulmetu : Rond point de Baracci.
- L'isula : Rond point de la Fogata

L'association avait déjà appelé à manifester dimanche dernier.

Des prisonniers en quartiers disciplinaires
Cédric Courbey et Xavier Ceccaldi ont participé à un blocage de protestation au sein de la maison d'arrêt de Fleury-Merogis avec 150 autres détenus. Ils dénient tous deux le fait d'avoir participé à l’organisation de ce mouvement de protestation.

Jeudi 14 janvier, ils ont été traduits devant une commission disciplinaire et ont écopé d'une sanction de 20 jours de mitard.

Quant à Nicolas Battini, à la veille d’un examen universitaire, dimanche 10 janvier, il n'a pu réviser sur son ordinateur en raison d'une panne de courant. En signe de protestation, Nicolas Battini a refusé de réintégrer sa cellule, l'administration pénitentiaire l’avait placé en quartier disciplinaire à Bois d'Arcy. Ce vendredi, Nicolas Battini a réintégré sa cellule.
les + lus
les + partagés