Aide aux migrants : l'enseignant-chercheur du CNRS Pierre-Alain Mannoni relaxé à Nice

Six mois de prison avec sursis avaient été requis contre un enseignant-chercheur du CNRS poursuivi à Nice pour avoir convoyé des Erythréennes venues d'Italie. "un geste humanitaire ne méritant aucune sanction" pour son avocate qui avait plaidé la relaxe. C'est chose faite.

  • Par @annelehars
  • Publié le , mis à jour le
L'enseignant-chercheur du CNRS Pierre-Alain Mannoni relaxé à Nice ce vendredi. © F3

© F3 L'enseignant-chercheur du CNRS Pierre-Alain Mannoni relaxé à Nice ce vendredi.

Le procureur avait dénoncé lors de l'audience une aide à l'immigration irrégulière. La relaxe est totale. Il était poursuivi pour aide au séjour et aide à la circulation.

Reportage ce vendredi matin à Nice :
Aide aux migrants : l'enseignant-chercheur du CNRS Pierre-Alain Mannoni relaxé à Nice

Intervenants : Me Maeva Binimelis Avocate de Pierre-Alain Mannoni, Pierre-Alain Mannoni, Morgan Herrou Militant et Khadija Boukalfa Militante RESF  -  MAMAN Hélène, LOTH Benoît et BRANCATO Nathalie

Pierre-Alain Mannoni, 45 ans, enseignant-chercheur à la faculté de Nice Sophia Antipolis, avait été interpellé le 18 octobre à un péage près de Menton avec dans sa voiture trois Erythréennes dont une mineure, toutes trois prises en charge dans un centre de colonie de vacances SNCF désaffecté et squatté au moment des faits par un collectif d'associations pour y abriter des Erythréens.

Semaine judiciaire chargée 


Ce mercredi, le procureur de la République de Nice a par ailleurs requis 8 mois de prison avec sursis contre Cédric Herrou, un agriculteur de la vallée de la Roya dans les Alpes-Maritimes, dans un autre dossier d'aide aux migrants, nombreux à entrer dans les Alpes-Maritimes depuis l'Italie
voisine. - Avec AFP -
les + lus
les + partagés