publicité

Besançon : apprendre à reconnaître les produits nocifs du quotidien

Ils sont mauvais pour notre santé et pourtant, ils sont partout : dans les emballages alimentaires, les produits ménagers, les jouets... A Besançon, des stages sont organisés pour apprendre à repérer ces produits nocifs du quotidien.

  • Emilie Dinjar
  • Publié le , mis à jour le
Préoccupation de notre temps : l'impact de notre environnement sur notre santé...
A Besançon, des ateliers de sensibilisation aux produits nocifs du quotidien sont organisés par la Mutualité Française.
Sans basculer dans une vision totalement anxiogène, un animateur permet de repérer les produits auxquels se fier.

Reportage de Claire Pain et Aferdite Ibrahimaj


Maladies chroniques et environnement



Cancers, diabète, AVC: la piste des perturbateurs endocriniens

Entre 2003 et 2011, le nombre de cas de cancers a augmenté 26% en Franche-Comté (+23% en France), le nombre d'AVC de 38% (+49% au niveau national) et le nombre de cas de diabète de 71% (+52% en France) !
Pour le président du Réseau Environnement Santé André Cicolella, qui animait une conférence ce mercredi soir à la Mutualité française de Besançon, l'explosion des maladies chroniques ne s'explique pas seulement par la consommation de tabac, d'alcool, de nourriture ultrariche, par les pollutions extérieures ou intérieures.
Ce lanceur d'alerte, chimiste toxicologue, pointe du doigt les perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques qui perturbent le système hormonal. Les plus connues sont le bisphénol A, interdit dans les biberons depuis le 1er janvier 2011, les phtalates, présents dans les PVC souples principalement, ou encore les parabènes, employés dans plus de 80% des produits cosmétiques.
Pris séparément, ces produits chimiques peuvent être présents en quantité "acceptable" dans nos aliments, nos produits de beauté... mais leur multiplication produit un effet cocktail aux effets très toxiques, parfois, pour l'homme et en particulier pour les enfants.

Investir dans la recherche pour comprendre les causes environnementales des maladies chroniques

Alors que la France est aujourd'hui le premier pays au monde pour l'incidence des cancers hormono-dépendants (sein, prostate) et pour les cancers masculins, le Réseau Environnement Santé souhaite que la France devienne un pays leader dans la lutte contre l'épidémie de maladies chroniques à l'occasion de la conférence de New York organisée par l'Organisation mondiale de la Santé les 10 et 11 juillet prochains.
La France a adopté le 29 avril dernier une Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens, dont les principes ont été repris par cinq autres pays à l'échelle européenne le 12 juin. 

"Le chantier est immense. Il faut le commencer maintenant, a plaidé devant une centaine de personnes André Cicolella à Besançon. On construit sa santé en améliorant son écosystème".

Le chercheur n'oublie pas de citer le père de la médecine, Hippocrate​, qui avait lui-même posé les bases de la santé environnementale: "Pour approfondir la médecine, il faut considérer d'abord les saisons, connaître la qualité des eaux, des vents, étudier les divers états du sol et le genre de vie des habitants". Tout un programme.

Pour en savoir plus, André Cicolella vient de sortir un ouvrage, Toxique Planète, qu'il présente ici.

J.C.

les + lus
les + partagés