publicité

Cybercriminalité : un jeune limousin victime de "sextorsion"

C'est un phénomène qui prend de l'ampleur sur internet : la sextorsion. Autrement dit l'utilisation du sexe pour faire chanter des internautes. Adultes ou adolescents, ils sont de plus en plus nombreux à tomber dans le piège. Un garçon de 13 ans de Haute-Vienne en a été victime.

  • Par Hélène Abalo
  • Publié le , mis à jour le
© CC0 License - Pexels.com

© CC0 License - Pexels.com

Sextorsion, contraction de sexe et de extorsion, l'arnaque n'est pas nouvelle, mais le phénomène semble de plus en plus s'organiser et prendre de l'ampleur. De quoi s'agit-il ?

Les premiers cas évoquaient des hackers qui parvenaient à pirater les webcams d'ordinateurs de jeunes femmes avant de les menacer de publier sur la toile des vidéos compromettantes.

Désormais, ce sont sur des forums ou sur les réseaux sociaux que les prédateurs alpaguent leurs victimes. Il s'agit pour ces criminels, d'obtenir des faveurs sexuelles virtuelles pour ensuite commencer un chantage monétaire.

Des victimes de plus en plus jeunes

D'après le Colonel Nicolas Duvinage, patron du centre de lutte contre les criminalités numériques, interrogé par Le Parisien, ces victimes sont des hommes âgés de 15 à 35 ans, ou des femmes, de 15 à 25 ans. Les sommes réclamées sont variables mais ce chantage rapporte beaucoup, beaucoup d'argent. 

Ces escroqueries sentimentales sont souvent organisées, par des réseaux structurés, depuis des pays d'Afrique, où la justice peine à se faire entendre même si le cyber harcèlement est puni en France par l'article 222-33-2-2 du code pénal (2014) de 2 ans à 3 d'emprisonnement et de 30 000 à 45 000 € d'amende.

 
Une victime en Limousin

Il a tout juste 13 ans. Un garçon qui habite près de Limoges a ainsi été "dragué" sur internet le 24 février 2016. Une "prétendue" jeune fille l'a abordé sur les réseaux sociaux et l'a encouragé à se déshabiller devant sa webcam puis lui a demandé 150 € en mandat-cash sous peine de diffuser la vidéo. Une grosse frayeur pour l'adolescent qui a eu le bon réflexe de prévenir ses parents.   
 

Un jeune limougeaud victime de cyberharcèlement

Internet est devenu un terrain de chasse privilégié pour les criminels. Depuis plusieurs années, différentes escroqueries se développent. L'unde d'entre elle s'appelle l'arnaque aux sentiments. Via les réseaux sociaux ou les sites de rencontres, des personnes vulnérables sont victimes de chantage. A la clé des centaines ou des milliers d'euros dérobés. A Limoges, un adolescent vient d'être victime de cette escroquerie. Sa mère a accepté de témoigner. *Major Eric Mazataud Référent Sureté de la Police (87)  -   -  Gaëlle Darnegosse et Marie Saint Jours


Internet-signalement.gouv.fr

Une plateforme gouvernementale est à la disposition des internautes pour dénoncer des contenus ou des comportements illicites sur la toile. On y trouve aussi quelques conseils aux plus jeunes :
 
  • Sois méfiant à l'égard de ceux qui veulent en savoir trop
  • Ne donne aucune information sur toi ou sur ta famille (comme ton nom, ton numéro de téléphone, ton adresse ou celle de ton école…) sans en parler avec tes parents.
  • Si tu reçois ou si tu vois quelque chose qui te met mal à l'aise, ne cherche pas à en savoir plus par toi-même, déconnecte toi et parles-en à tes parents.
  • Si tu envisages de rencontrer quelqu'un que tu as connu en ligne n'y va jamais sans en parler à tes parents.
  • Supprime, sans les ouvrir, les mails que tu n'as pas demandés ou qui te sont envoyés par des personnes en qui tu n'as pas confiance.
  • N'achète jamais rien sur Internet, sauf si tes parents sont avec toi pour te conseiller.
  • Ne donne jamais un mot de passe. 
A consulter également :  un guide pour les parents.
 
 
les + lus
les + partagés