La première valise de télémédecine débarque en Dordogne

Une valise de télémédecine pour épauler les pompiers de Dordogne

Cela fait plus de 4 ans que les professionnels l'attendent avec impatience : la première valise de télémédecine vient d'être présentée en Dordogne. Elle sera mise à disposition des sapeurs-pompiers du secteur de Nontron pour permettre de diagnostiquer des patients en direct.

Par Pascal Faiseaux

Michel Gautron, le directeur du Service d’aide médical d’urgence périgourdin est aux anges ! Après des années de test, et d'attente, il dispose enfin de la première valise de télémédecine du département. Un dispositif high-tech doté d'une liaison 4G pour transmettre images et données en temps réel sur l'état de santé d'un patient. De quoi permettre aux médecins urgentistes de diagnostiquer à distance. Essentiel quand chaque seconde compte pour sauver la vie d'une victime lors d'une intervention, notamment. Et plus généralement, une tentative de réponse pour les zones de désert médical.

Comment est né le projet ?
Le dispositif avait fait l'objet de tests depuis plusieurs années déjà, auxquels les urgentistes du département avaient largement contribué. Mais, faute de financement, le matériel n'avait pas pu être déployé jusqu'alors. Ce mardi, grâce à la signature d'une convention entre le centre hospitalier de Périgueux et les sapeurs-Pompiers du département, le tout sous la houlette de la Préfecture, le dispositif entre en test grandeur nature au bénéfice de la région du Nontronnais qui ne dispose pas de structure adaptée aux soins d'urgence à moins de 45 mn. L'expérimentation devrait durer jusqu'en décembre prochain avant déploiement plus large.

Comment ça marche ?
Le dispositif permet de réaliser une téléconsultation en transmettant des données cryptées en temps réel. Le cryptage de type "militaire" permet de sécuriser la transmission. Un système audio, vidéo, graphique et biologique mobile complet, qui offre l'avantage d'être mobile, et donc de se déplacer sur un lieu d'accident par exemple, ou chez un patient en difficulté. L'appareil est doté de 4 cartes sim de type 4G permettant d'établir une liaison sans coupure et stable en additionnant les bandes passantes. A terme une liaison satellite pourra s'y ajouter pour transmettre même en cas de zones blanches. La valise peut même servir de balise pour localiser le lieu d'une intervention pour l'hélicoptère du SAMU.

Qui est concerné ?
Potentiellement tous les patients en situation d'urgence qui ne peuvent pas être rapidement acheminés dans un service hospitalier adapté, ou bénéficier de la présence d'un médecin proche. Plus largement, tous les patients nécessitant un soin de spécialiste non présent à proximité. Avec le vieillissement accru de la population (en 2040 les plus de 60 ans représenteront plus de 42% de la population), les politiques de maintien à domicile et la désertification médicale, de plus en plus de personnes pourraient à terme avoir recours à ce nouveau système.


Combien ça coûte ?
la mallette high-tech coûte de 20 à 100 000 euros, selon son degré d'équipement. La version de base comprenant l'audio, la vidéo, et un stéthoscope électronique...  Sur cette base, pourront se greffer de multiples appareils périphériques. Un appareil multi modulable qui peut reprendre des équipements existants et être complété au fur et à mesure des besoins. Les économies d'échelle sont cependant à considérer, tant au niveau du personnel médical que des infrastructures et des économies de déplacement, évacuation par hélicoptère ou ambulance par exemple. 

Quels personnels ?
La valise peut être mise en oeuvre par des infirmiers qui valident le process de transmission pour que les données arrivent auprès du médecin urgentiste ou spécialiste. Peuvent s'en servir les infirmiers à domicile, pompiers en intervention sur un accident, infirmiers du Samu, Smur, etc...

Quelles pathologies ?
En théorie d'abord toutes celles qui nécessitent une intervention d'urgence. AVC, détresse respiratoire, perte de conscience, plaie hémorragique, fractures déplacées ou ouvertes, accident de la voie publique, brûlures graves, absence de médecin pour avis sur EPAHD, médecine de catastrophe ou suspiscion de maladies infectieuses nécessitant un isolement. 

Quelle priorité ?
L'usage de la télémédecine a été classé par la Direction Générale de l'Offre de Soin (DGOS)  qui a établi 5 critères de priorité :
  1. Permanence des soins
  2. Prise en charge de l'AVC (Accident Vasculaire Cérébral)
  3. Santé des personnes détenues
  4. Prise en charge des maladies chroniques
  5. Soin en structures médico-sociales ou hospitalisation à domicile

Sur le même sujet

Agriculteur agressé par un individu présumé fiché S : procès reporté

Près de chez vous

Les + Lus