Gard : les Antiquailles, un bassin pour protéger des inondations

Le bassin devrait faire 60 mètres de profondeur et avoir une capacité hydraulique de 1,8 millions de m3 - 24 octobre 2017 / © France 3 LR
Le bassin devrait faire 60 mètres de profondeur et avoir une capacité hydraulique de 1,8 millions de m3 - 24 octobre 2017 / © France 3 LR

Les inondations de 1988 sont dans toutes les mémoires. Depuis, un vaste plan d'aménagement  hydraulique du territoire, destiné à protéger l'agglomération, a été mis en place. Le bassin de rétention des Antiquailles en fait partie.

Par Joane Mériot

D’ici à 2030, un large bassin d’1,8 million de m3 protégera la ville de Nîmes des inondations. Un bassin deux fois plus grand que tous ceux creusés contre les inondations par la ville de Nîmes. Ce lundi matin, un tir de mine symbolique a été déclenché pour présenter la carrière. 

Vincent Altier
Chef du service pluvial de la Ville de Nîmes
:

On a fait un bassin de rétention pour écrêter les crues du cadereau de la route d'Alès. Le bassin fera 7 hectares et 60 mètres de profondeur. La capacité hydraulique sera de 2800m², cela va permettre d’écrêter un débit de 90 mêtres cubes de pluie comme celle de 1988.

Le reportage de Josette Sanna et Pierre Trouillet 

Gard : les Antiquailles, un bassin pour protéger des inondations
Les inondations de 1988 sont dans toutes les mémoires. Depuis un vaste plan d'aménagement hydraulique du territoire destiné à protéger l'agglomération a été mis en place. Le bassin de rétention des Antiquailles en fait partie. - France 3 LR - Josette Sanna et Pierre Trouillet


La carrière sera opérationnelle au bout de 5 à 7 années de creusement. L’eau sera récoltée de part et d’autre de la RN106. D'ici 2022, les carrières devraient avoir extrait suffisamment de matériaux pour que le bassin puisse recueillir 500 000 m3 d'eau.

L’eau est stockée durant la crue et après elle va être pompée à hauteur de 350 litres par seconde jusqu’à vider la carrière.


Cet équipement s’inscrit dans un vaste plan d’aménagement hydraulique destiné à protéger la population nîmoise des inondations pour un coût global de 240 millions d’euros.

Sur le même sujet

Crèche de Béziers interdite

Près de chez vous

Les + Lus