Anne Hidalgo : le travail dominical, les 35 heures, des "débats du siècle dernier"

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a critiqué dimanche dans Le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro la volonté du ministre de l'Economie Emmanuel Macron de remettre en cause les 35 heures, y voyant, comme pour le travail dominical, un "débat du XXe siècle" ignorant les "enjeux du XXIe siècle". 

  • Par Audrey Natalizi
  • Publié le
Anne Hidalgo, à la sortie d'un Conseil de Paris, en novembre 2014. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP Anne Hidalgo, à la sortie d'un Conseil de Paris, en novembre 2014.

Invitée de l'émission le Grand Jury RTL, la maire de Paris n'a pas maché ses mots à l'encontre de la politique du ministre de l'Economie Emmanuel Macron. "Voilà encore un débat du XXe siècle qu'on vient nous poser sur la table. Aujourd'hui la question (...) c'est comment on arrive à préserver un modèle social, parce que si nos villes n'ont pas de cohésion sociale, ne sont pas résilientes (...) si nos villes ne sont pas innovantes, les investisseurs étrangers ne viennent pas", a estimé l'édile socialiste, invitée à réagir aux propos de M. Macron à Davos sur les 35 heures.

"On ne va pas faire en sorte que les gens travaillent plus en gagnant moins ! (...) Ce sont des débats du siècle dernier", a-t-elle insisté, en soulignant que le cadre légal offre déjà "énormément (...) de souplesse""On est en train de s'enferrer dans des débats qui, vus de Davos, peuvent peut-être satisfaire quelques grands investisseurs qui classent les grands pays en fonction de leur degré de libéralisme -plus on est libéral, moins il y a de protection sociale, mieux on est", a-t-elle raillé.

"Un pays trop jacobin"

Pour la maire de Paris, les sujets d'aujourd'hui sont "la question des nouvelles technologies, de l'économie numérique""Dans les enjeux du XXIe siècle, il faut beaucoup plus impliquer les maires", a-t-elle également souligné, en semblant regretter de ne pas avoir été invitée à Davos par le gouvernement français.  "Je suis allée à Davos (...) Je vois d'un côté l'Angleterre qui va défendre les positions anglaises, et qui est-ce qui est en figure de proue avec David Cameron ? C'est le maire de Londres, c'est Boris Johnson. Moi j'ai été invitée directement par le World Economic Forum (organisateur du sommet, NDLR) à venir parler de l'énergie de Paris. On est un pays trop jacobin, trop centralisé qui ne fait pas confiance aux territoires", a-t-elle fustigé.

Interrogée sur le travail dominical, qui peine à se mettre en place à Paris après le vote de la loi Macron, Mme Hidalgo a de même estimé que "la question du travail le dimanche (...) est un peu un sujet du XXe siècle".
  • Manuel Valls attendu jeudi à Reims pour le Congrès des Régions

    Le président de la région Grand Est, Philippe Richert, accueillera Manuel Valls jeudi 28 septembre à Reims pour l’ouverture du congrès des régions. Ils débatteront du financement des nouvelles régions.
    A voir en direct sur notre site à partir de 9 heures.

    Mis à jour aujourd'hui à 07h06
  • Nicolas Sarkozy dans l'Eurométropole lundi 3 et mardi 4 octobre

    Le candidat à la primaire de la droite et du centre donnera un meeting à Reichstett lundi soir et doit enchaîner une série de rencontres avec des acteurs économiques mardi. Une séance de dédicaces de son livre Tout pour la France est prévue mardi après-midi à la librairie Kléber. 

    Mis à jour le 27/09/2016
  • Emmanuel Macron à Besançon : "Il n'y a pas de fatalisme industriel..."

    Emmanuel Macron considère Besançon comme un exemple : la ville a réussi sa transition industrielle de l'horlogerie aux micro-techniques. Les syndicalistes considèrent, eux, E. Macron comme un exemple... à ne pas suivre. En bonus : altercation entre syndicatlistes et chef d'entreprise et discours

    Mis à jour le 27/09/2016

L'actu de votre région en vidéo

24 heures sur la Seine : interview de Sandrine Berjot, commandant de la brigade fluviale

A quoi ressemble une journée banale sur la Seine ? A la brigade fluviale, on vit avec le fleuve depuis plus d’un siècle. Son fief est d’ailleurs installé sur l’eau, quai Saint Bernard, au pied du jardin des Plantes, juste en face de l’entrée du port de l’Arsenal. La centaine d’hommes et de femmes qui travaille ici doit avoir le pied marin : il faut le savoir, les locaux tanguent plus ou moins en fonction du temps.

les + lus
les + partagés