Notre-Dame-des-Landes : Macron pour le “respect” de la consultation

Invité au micro de RTL le 3 mars 2017, Emmanuel a abordé le sort du projet de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes s'il était élu. / © MAXPPP
Invité au micro de RTL le 3 mars 2017, Emmanuel a abordé le sort du projet de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes s'il était élu. / © MAXPPP

Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle, a indiqué vendredi 3 mars qu'il confirmerait, s'il était élu, "trois grands projets" d'infrastructures "en cours". À propos de Notre-Dame-des-Landes, il estime qu'il faut "respecter" la consultation et nommer un médiateur.

Par Valentin Pasquier avec AFP

Interrogé sur RTL vendredi 3 mars, Emmanuel Macron a évoqué le sort de trois grands projets contestés liés aux transports. À ce sujet, M. Macron plaide pour une "concertation durant l'été avec les territoires, les acteurs économiques, les élus pour achever un plan quinquennal sur toutes ces infrastructures".
 
"Ce dont on a besoin, ce n'est pas d'avoir de grands aéroports partout, ni des TGV, ni de grandes autoroutes. C'est que dans tous les points du territoire, y compris les plus ruraux, on ait le meilleur lien possible avec la métropole ou avec la zone économique pertinente", a-t-il insisté.
  
Concernant le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, M. Macron a "toujours dit" qu'il était "pour respecter le vote". Tout en plaidant pour la nomination d'un "médiateur" à qui il "donne six mois".
 

" Je ne ferai pas un Sivens au carré'


Pourquoi ? "Pour une raison simple: pourquoi depuis 2008 Notre-Dame-des-Landes ne se construit pas ? (...) Allez sur le terrain ! Je l'ai dit, je ne ferai pas un Sivens au carré, vous avez tout le monde qui est sur place, vous aurez des blessés, si ce n'est des morts", a-t-il assuré, en référence à la mort du jeune Rémi Fraisse, opposant au barrage de Sivens en 2014.
           

Le mieux, c'est de ne pas tuer un jeune homme, c'est d'éviter des troubles à l'ordre public qui sont inconsidérés.

 
Dans la même interview, l'ancien ministre de l'Economie a confirmé "les trois grands projets en cours dont les déclarations d'intérêt public sont en train d'être obtenues, c'est à dire le Bordeaux-Toulouse (...) le Lyon-Turin et le canal Seine-Nord qui sont trois gros travaux d'infrastructure".
 
Le candidat d'En Marche a déclaré vouloir consacrer "cinq milliards d'euros spécifiquement fléchés sur les infrastructures", sur un plan global d'investissement de 50 milliards d'euros.

Sur le même sujet

SUIVEZ L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 SUR FRANCE INFO

Thriller "93 Panthers" de Jilali Hamham

Près de chez vous

Les + Lus