Accidents industriels : comment sont protégés les habitants qui vivent près des sites Seveso ?

La commune de Donges, en Loire-Atlantique, est entourée de trois sites classés Seveso. / © France 3 pays de la Loire / E. Soulard
La commune de Donges, en Loire-Atlantique, est entourée de trois sites classés Seveso. / © France 3 pays de la Loire / E. Soulard

L'incendie de l'usine chimique Lubrizol de Rouen pose, à nouveau, la question de la sécurité des riverains des sites Seveso. Des dispositifs existent pour garantir la protection des populations. Quels sont-ils  ? Sont-ils efficaces ?  Voici quelques exemples en Loire-Atlantique et en Côte-d'Or.   

Par Dalmaz-Nicolas Véronique

La France compte, à ce jour, 1312 sites Seveso. Ces sites industriels qui présentent des risques d'accidents majeurs sont classés selon deux niveaux : seuil haut ou seuil bas en fonction de leur dangerosité . 
 
© Ministère de la Transition écologique et solidaire
© Ministère de la Transition écologique et solidaire


Des mesures pour être en sécurité chez soi 

Depuis l'explosion de l'usine AZF, à Toulouse, en 2001 qui a fait 31 morts et 2500 blessés, tout site Seveso de seuil haut bénéficie d'un plan de prévention des risques technologiques (PPRT). Ce plan impose notamment la réalisation de travaux de prévention pour les logements les plus proches de ces usines. A Vonges, en Côte-d'Or, 300 habitants vivent près de La Poudrerie, l'une des plus importantes usine d'explosifs de France. Certains riverains, comme Jean-Pierre, ont installé des fenêtres anti-déflagration.

Ce sont des fenêtres qui tiennent 30 millibars. S'il y a une explosion, les vitres ne bougent pas. Jean-Pierre, habitant de Vonges, en Côte-d'Or

Le PPRT prévoit aussi, chez les habitants,  l'installation de pièces de confinement pour se protéger des émanations toxiques, en cas d'accident. Tous ces travaux de prévention peuvent être financés par les collectivités locales, l'Etat et le site classé Seveso. 

Des mesures pour savoir comment réagir

Autre dispositif mis en place pour prévenir les risques d'accident industriel : l'information auprès des populations. Près de Saint-Nazaire (Loire- Atlantique), les 8000 habitants de Donges vivent à proximité de trois sites Seveso seuil haut. Ils ont tous reçu un document les informant de la conduite à tenir en cas d'incident. Un système d'alerte téléphonique a été aussi mis en place il y a un an. A Vonges, en Côte-d'or, la préfecture fait une fois par année des exercices de simulation. 
 
Interview de Frédéric Sampson, directeur de cabinet du Préfet de Côte-d'Or
La préfecture de Côte-d'Or organise chaque année, à Vonges, des exercices de simulation d'accident. - France 3 Bourgogne - E. Bezin / D. Iberrakene
     

Les mesures en cas d'accident 

Si un accident industriel se produit, la préfecture déclenche le Plan particulier d'intervention (PPI). Des sirènes informent les habitants de l'incident. C'est notamment ce qui s'est passé à Rouen avec l'usine Lubrizol. En cas de risque majeur, il peut y avoir des mesures de confinement comme l'explique le maire de Donges dans l'interview qui suit.  
 
Interview de François Chéneau, maire (SE) de Donges
Trois sites Seveso se situent dans l'estuaire de la Loire, près de Donges. Le maire de la commune nous explique le protocole à suivre en cas d'accident. - France 3 Pays de la Loire - M. N'Guenor / E. Soulard

L'inspection des sites Seveso

L'explosion du site AZF a aussi conduit les autorités à renforcer les contrôles des installations classés Seveso. Mais, selon la coordination nationale des associations riveraines de site Seveso, les inspecteurs ne seraient pas en nombre suffisant pour visiter tous les sites Seveso de France.
Interview Michel Le Clerc, coordination nationale des associations riveraines de sites Seveso
La coordination Seveso réclame davantage d'informations de la part des sites industriels. - France 3 Pays de la Loire - M. N'Guenor / E. Soulard


 

Sur le même sujet

Corse : trois-quarts des maires ont été victimes d’incivilités ou de menaces ces 15 dernières années