• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Les étudiants en droit clermontois confrontent leurs talents d'orateurs

Chaque candidat dispose de 10 minutes pour convaincre les jurés. / © France 3 Auvergne
Chaque candidat dispose de 10 minutes pour convaincre les jurés. / © France 3 Auvergne

Un concours d'éloquence était organisé aujourd'hui à l'école de droit de Clermont-Ferrand. Une trentaine d'étudiants des trois premières années de licence de droit se sont frottés à l'art de la plaidoirie.

Par France 3 Auvergne

10 minutes pour défendre son point de vue, telle est la règle du concours d'éloquence Lysias organisé mercredi par l'association d'étudiants Lysias Clermont en partenariat avec l'ordre des avocats, l'école de droit et le rectorat. Cette semaine, ce sont les épreuves de sélection qui départagent les candidats avant la finale nationale qui aura lieu en avril à Paris. Les premières années planchent sur un cas de droit civil, les deuxièmes années font du pénal tandis que les L3 se partagent des thèmes plus philosophiques.

"Ca demande quand même un long travail de préparation et un petit peu de gestion du stress car c'est jamais évident de passer devant un jury" estime Mathilde Coudert, étudiante en L3 Droit. "On essaie de voir ce qu'on pense du sujet et d'aller plus loin pour le préparer le mieux possible."


La pratique de l'oral et la constitution d'un premier réseau

La préparation de ce concours rapproche ces apprentis-avocats ou procureurs des métiers qu'ils rêvent d'exercer. Cet exercice oral représente un bon complément aux études de droit tels qu'on le pratique dans les amphis ou lors des travaux dirigés. Cela peut aussi devenir une belle carte de visite.

"On peut se constituer un premier réseau à partir de Lysias, rencontrer certains avocats, certains professeurs" ajoute Rémi Simonelig, le président de l'assocation Lysias Clermont-Ferrand. "Beaucoup de candidats ont des stages après Lysias, moi-même j'ai pu avoir un stage en bureau d'avocat après avoir fait Lysias parce que j'y ai rencontré des avocats."


"On essaie de faire en sorte qu'ils aient de l'esprit"

Dans la salle, une des jurées connaît mieux le concours que quiconque. En 2011, Lucile Gély était à la place de ces concurrents et elle avait remporté la finale nationale. "On essaie de faire en sorte qu'ils aient de l'esprit" explique-t-elle. "C'est très important parce que dans la construction d'un discours, il faut à la fois savoir émouvoir le jury dans un premier temps puis le convaincre avec des arguments plus rationnels. Donc on essaie d'avoir des jeunes gens qui savent bien s'exprimer, qui ont un bon vocabulaire et qui peuvent convaincre avant tout."

Le 12 mars, ils se retrouveront dans le grand amphi de la fac de droit pour la finale régionale avec les deux meilleurs lycéens du Puy-de-Dôme.
Concours d'éloquence à Clermont-Ferrand
Reportage : Cyrille Genet, Bruno Lebret, Quentin Maury. Intervenants : Mathilde Coudert (Etudiante en L3 Droit), Rémi Simonelig (Président de l'assocation Lysias Clermont-Ferrand), Lucile Gely (Chargée d'enseignement Ecole de Droit de Clermont-Ferrand)

 

Sur le même sujet

Rencontre avec le Père Fréchet avant le Noël de l'an 2000

Les + Lus