Le séisme au Népal engendre une avalanche dans le secteur de l'Everest

Le camp de base après l'avalanche / © via @NorthmenPK - Twitter
Le camp de base après l'avalanche / © via @NorthmenPK - Twitter

Un puissant séisme de magnitude 7,8 a ébranlé le Népal, ce samedi 25 avril. Outre les victimes dans les villes, des alpinistes ont été emportés par une avalanche sur les pentes de l'Everest. On sait les alpinistes des Alpes françaises amateurs d'expéditions dans ce secteur. 

Par Franck Grassaud

Le puissant séisme aurait fait près de mille morts et provoqué d'importantes destructions au Népal, les violentes secousses ébranlant aussi certaines régions du nord de l'Inde, en Chine et du Bangladesh.

Le tremblement de terre s'est produit à 77 kilomètres au nord-ouest de Katmandou où de nombreux bâtiments ont été détruits. La tour historique de Dharhara, l'une des attractions touristiques de la capitale népalaise, s'est effondrée. Des neuf étages de cette tour blanche surmontée d'un minaret de bronze, datant du XIXe siècle, il ne reste quasiment que des décombres. Des sauveteurs aidés par la population s'efforcent de dégager les corps des gravats.


Selon les médias locaux, les secousses ont duré entre 30 secondes et deux minutes. 

Le séisme a en outre provoqué une importante avalanche sur le mont Everest, emportant de nombreux alpinistes. Le camp de base du Mont Pumori a été en partie enseveli. La coulée aurait fait au moins dix morts, y compris des grimpeurs étrangers. 

Des témoignages circulent en nombre sur les réseaux sociaux.

"Un tremblement de terre géant puis l'avalanche sur Pumori", a écrit l'alpiniste roumain Alex Găvan sur Facebook qui raconte avoir couru vers sa tente. "Beaucoup de gens se situe sur la montagne", a ajouté Găvan.

 / © Facebook
/ © Facebook

Un autre alpiniste, Daniel Mazur, a aussi déclaré qu'un camp de base de l'Everest avait été "gravement endommagé" et son équipe piégée. "S'il vous plaît, priez pour tout le monde", écrit-il dans un tweet.

En 2011, un séisme de magnitude 6,9 avait ébranlé le nord-est de l'Inde, secouant le Népal, et faisant 110 morts.

"Nous avons quasiment joint tous nos groupes", Didier Mille

Didier Mille de l'agence iséroise de Chapareillan, Allibert Trekking, a actuellement 80 ressortissants français sur la zone, dont 60% sont des Rhônalpins. Ce guide a réussi à joindre quasiment tous les groupes sur place et se révèle confiant. "Certains se trouvaient à l'aéroport au moment du séisme, ils ont été évacués en urgence", témoigne-t-il, "seuls leurs bagages sont restés sur place, un moindre mal!" 

Sur le même sujet

Olga et Claudia, deux Chiliennes à Lyon, deux générations qui échangent sur la révolte à Santiago

Les + Lus