Dans l'Ain, les Halles médiévales de Châtillon-sur-Chalaronne attirent une foule de visiteurs

A Châtillon-sur-Chalaronne, dans l'Ain, chaque samedi matin, le marché fait le plein. Des milliers de visiteurs en profitent pour venir admirer les halles médiévales en bois. Il y a autant d'habitants du secteur que de touristes tant l'ambiance et l'architecture sont réputées.

Châtillon-sur-Chalaronne, autrefois Châtillon-les-Dombes, se trouve au cœur de la Dombes. La petite ville a une particularité : ses Halles datant du XVe siècle sont occupés chaque samedi matin par un marché de produits du terroir. Ces halles sont le témoin de l’histoire marchande de la ville, carrefour commercial entre routes de Lyon, Bourg-en-Bresse et Villars. Elles témoignent surtout de l’importance de l’activité économique et commerciale qui régnait alors dans la cité dombiste. Les Halles constituent depuis le Moyen-Âge l’épicentre de la ville.

"Ces Halles ont été construites en 1440 par Piro Girard. C'est le coeur de la ville, à l'époque. Tout se passe ici. On avait d'ailleurs une maison de marché dès 1273. Il y a toujours eu un marché à Châtillon. Avec  80 mètres de long, 19 mètres de large et 10 mètres de hauteur, ce sont les plus longues halles de France et les deuxième en superficie," explique Eolia Dang Van Thuyen, responsable du patrimoine.

En 1438, la maison de marché devenue trop petite, a été remplacée par les Halles. Construites sur le modèle des halles-nefs, selon un plan rectangulaire, la charpente de chêne composée de 89 piliers sur des bases de briques roses supporte sa toiture à deux versants. Quatre rangées parallèles de piliers divisent le lieu en trois espaces : une nef centrale traditionnellement qualifiée de grande halle et deux bas-côtés, plus étroits, surnommés les petites halles. La toiture est recouverte de tuiles creuses.

Mais les Halles ont été victimes d'un incendie au 17e siècle. En septembre 1670, l'édifice a été largement endommagé par un incendie qui avait éclaté dans une rue située juste derrière. La moitié des Halles a brûlé. La partie sinistrée a été reconstruite en 1672. Les Halles ont été restaurées grâce à l’action du maire Philibert Collet et à la générosité de Mademoiselle de Montpensier, Comtesse de Châtillon. Cette dernière autorisa les habitants à prendre le bois nécessaire dans sa forêt de Tanay pour reconstruire la partie endommagée de l'édifice. 

L'édifice est classé monument historique depuis 1988.

Un atout touristique 

Aujourd'hui, encore ce marché hebdomadaire attire une foule de visiteurs et de touristes. Le marché couvert de Châtillon-sur-Chalaronne ne se décrit pas, il se vit dès le petit matin. C'est une véritable curiosité. Classé “marché d’exception” au patrimoine national, il rassemble une soixantaine de producteurs de toute la région sur plus de 300 mètres d’étals. Les forains aiment travailler dans ce lieu historique et chaleureux. La petite particularité de ce marché aindinois : son espace réservé aux animaux vivants comme les volailles. Outre le marché hebdomadaire de produits frais, les Halles servent régulièrement de cadre à des marchés nocturnes et autres marchés d'artisans. 

Les Halles médiévales, l’église Saint André et les maisons à colombage de la place ainsi que celles de la rue Commerson constituent le cœur de la vieille ville de Châtillon-sur-Chalaronne. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture tourisme économie