Allier : les vignerons durement touchés par le gel

L’épisode de gel qui a frappé la France début avril a durement touché les vignobles de la région. C’est le cas dans l'Allier, autour de de Saint-Pourçain, où sont plantés près de 600 hectares de vignes. Le 19 avril, le préfet a annoncé la création d’un fond économique pour les aider.

Dans l'Allier, les vignes ont souffert des gelées survenues au début du mois d'avril.
Dans l'Allier, les vignes ont souffert des gelées survenues au début du mois d'avril. © P.Franco/FTV

Avec le gel en 2017, la sécheresse en 2019, le COVID depuis début 2020 et enfin, un nouvel épisode de gel ce printemps, les vignerons ont besoin de l'aide de l'Etat. C’est le cas à Saint-Pourçain, dans l’Allier. Les nuits des 6,7 et 8 avril derniers, la température est tombée jusqu'à -6°C dans certaines parcelles.

Une dizaine de jour plus tard, Jean-Marc Josselin, membre de l’union des vignerons de Saint-Pourçain, ne peut que constater les dégâts. Les ¾ de ses plants de vignes ne donneront rien cette année. « Les bourgeons qui ont été touchés par le gel sont complètement grillés. Ils ne donneront rien. Les feuilles sont comme des feuilles de tabac. Ce qu’on espère, c’est que le contre-bourgeon puisse redémarrer plus tard en amenant peut-être une grappe de raisin », raconte Jean-Marc Josselin.

Les bourgeons ont souffert du gel à Saint-Pourçain (Allier).
Les bourgeons ont souffert du gel à Saint-Pourçain (Allier). © P.Franco/FTV

Un fond exceptionnel dans les prochains jours 

Un peu plus loin, chez Cédric Bonvin, vigneron indépendant, on espère bénéficier d’un accompagnement pour passer cette nouvelle épreuve : "Peut-être nous aider au niveau des cotisations sociales et puis laisser les gens aller au restaurant, reprendre une activité normale."

Le nouveau Préfet de l'Allier Jean-Françis Tereffel est venu ce lundi 19 avril constater les dégâts, et surtout, annoncer de bonnes nouvelles : « On peut penser à des mesures telles que l’exonération fiscale sur le foncier non-bâti, on peut penser à des exonérations de cotisations sociales, on peut penser à la prise en charge d’une partie du revenu de l’exploitation qui ne sera pas là. Pour cela, un fond exceptionnel, du modèle de ceux qui existent dans d’autres domaines économiques va être créé dans les jours qui viennent ». Dans le saint-pourcinois, le syndicat de vignerons estime entre 7 à 8 millions d'euros le montant des dégâts du gel.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vins culture gastronomie agriculture économie