Grippe aviaire et fêtes de fin d'année, une foire aux dindes en version réduite

Pour sa 73ème édition, la foire aux dindes de Jaligny-sur-Besbre bat de l'aile. A cause de la grippe aviaire, les exposants sont bien moins nombreux que prévus.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

S'il y a quelques années, la Foire aux dindes de Jaligny-sur-Besbre, c'étaient des élevages et des éleveurs en pagaille dans le marché couvert, cette année la réalité est toute autre.

Au lieu des 18 élevages prévus, seuls quatre sont venus avec leurs dindes et dindons, pour cette 73ème édition. En cause : la grippe aviaire. "C'est une décision préfectorale, nous n'avons eu droit qu'à cinq élevages maximum, explique Michel Laurent, président du Comité de la foire. Une des éleveuse retenue est tombée malade."

25 mètres de distance

Les organisateurs ont même pensé annuler, quand la préfecture leur a demandé de séparer chaque éleveur de 100 mètres. "Impossible." Finalement, la distanciation a été réduite à 25 mètres, mais la foule n'est pas au rendez-vous.

"C'est plus morne que d'habitude, reconnaît Philippe Corneloup, éleveur à Jaligny-sur-Besbre. D'habitude il y a plus de volailles et de visiteurs."  Moins de visiteurs, mais aussi moins d'échanges avec les autres éleveurs. Difficile de se parler quand on se trouve à plusieurs dizaines de mètres. "La foire permet de se voir, de faire le point sur l'année écoulée." 

"Ce n'est plus la grosse foire"

Ce n'est cependant pas la première fois que la foire est chamboulée. En 2021 déjà, pour l'édition post-confinement, seulement sept élevages sur 13 avaient pu venir. Le public semble aussi moins au rendez-vous depuis plusieurs années. 

"On voit que la tradition baisse, constate Marie-Odile Brérat, une éleveuse. Ce n'est plus la grosse foire d'avant, c'est dommage que la traditions se perde. Mais, tant que les bénévoles pourront continuer ce sera sympa" 

"C'est triste, quand on a  connu le marché couvert plein,  abonde Christophe Marodon, éleveur à Saint-Pourçain-sur-Sioule. Il y avait plus de 1000 dindes, aujourd'hui il doit y en avoir 150 maximum. On a peur que ça s'essouffle. " 

23 millions

Chacun se demande si la foire survivra face à la grippe aviaire. Selon un recensement du ministère de l'Agriculture, environ 21,8 millions d'animaux (palmipèdes et volailles) ont été euthanasiés en France d'août 2021 à mai 2022. Depuis août, la résurgence exceptionnellement précoce de la maladie a déjà conduit à près de 1,3 million d'abattages.

 Alors organisateurs et éleveurs espèrent vivre une meilleure édition l’année prochaine.