Tain l'Hermitage : De la bouse de corne aux pieds des vignes

La maison Jaboulet a ouvert ses portes et ses pratiques en matière de biodynamie. Des jardiniers amateurs sont venus prendre quelques conseils de jardinage raisonné

Par Bérengère Bourgeot

Synonyme de renouveau, le printemps est également propice aux pratiques biodynamiques et en particulier le bouse de corne qui redonne vie aux sols. La maison Jaboulet de Tain l'hermitage a ouvert ses portes mercredi 18 avril à une quarantaine de jardiniers amateurs venus enrichir leur savoir et leur pratique en matière de biodynamie.

Caroline Frey, oenologue, a pris les rennes de la maison Jaboulet en 2006. Convaincue des bienfaits de l'agriculture biologique, elle a accompagné le domaine dans sa conversion au bio et bien plus encore : "Nous avons tout d’abord supprimé tous les herbicides, premier grand drame de la vigne, et repris les labours. Dans le même temps, nous avons abandonné les engrais chimiques de synthèse, qui au-delà d’être polluants sont pour la plupart des sels qui forcent la plante à se gorger d’eau. Rien de tel d’ailleurs pour augmenter la sensibilité aux maladies... 
En parallèle, en nous formant à l’utilisation des soins biologiques, ce sont les pesticides et insecticides de synthèse que nous avons progressivement éradiqués dont les inqualifiables systémiques, véritable poison capable de pénétrer dans la sève de la plante. Petit à petit, nous avons donc consolidé sur l’ensemble de nos vignobles une viticulture biologique, observé avec fascination l’évolution de nos vignes et de nos vins,"

Les jardiniers amateurs étaient invités à apporter un petit bocal ou des bouteilles en verre afin de repartir avec la fameuse décoction. Indication : 35 litres de bouse de corne par hectare sont nécessaires. 3.5 litres pour 1000m2 et quelques gouttes pour un balcon.

biodynamie

 

Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus