Témoignage. "La première rentrée scolaire sans lui a été dure" : La mère de Nolan, renversé par un car dans l'Ardèche, se confie un an plus tard

Publié le Écrit par Marianne Leroux

Le 26 novembre 2022, Nolan, cycliste de 8 ans, s'est fait renverser par un car alors qu'il roulait avec sa famille sur le pont Mistral, à Guilherand-Granges dans l'Ardèche. Un an après sa mort, la mère du jeune garçon se sent démunie face à une enquête qui n'avance pas.

Un an après la mort de Nolan, dimanche 26 novembre, un rassemblement était organisé par sa mère, Mélissa, sur le lieu de l'accident pour rendre hommage au jeune garçon percuté par un car de la Région alors qu'il était à vélo à Guilherand-Granges (Ardèche). 

La mère de Nolan, envahie par l'émotion, n'a pas pu prendre la parole mais c'est sa petite sœur qui l'a fait pour elle. Puis une dizaine de ballons en forme de cœur se sont envolés dans les airs depuis le Pont Mistral. Une centaine de personnes étaient présentes. Au lendemain de l'événement, elle se rend compte qu'elle a reçu beaucoup de soutien pendant cette journée mais qu'elle a tout de même pris une "grande claque". Les dates anniversaires, "ce n'est jamais évident". "La première rentrée scolaire sans lui a été dure, il devait faire sa rentrée en CM2", raconte-t-elle.

"J’ai l’impression d’avoir perdu mes deux fils"

Mère célibataire de deux enfants, Mélissa se sent seule, n'a "plus envie de rien" et se sent "presque dépressive" : "Je dois m’occuper de mes 2 enfants, une petite de 21 mois et un grand garçon de 13 ans, atteint d'autisme". Le jour de l'accident, Nolan était à vélo entre son grand-père et son grand frère Mathis : "Il l’a vu passé sous les roues, il est choqué à vie, il n'est plus lui-même, il n’a plus le sourire, il a fait des crises de tétanie pendant six mois. J’ai l’impression d’avoir perdu mes deux fils", confie la mère de Nolan. Les fêtes de fin d'année approchent à grand pas mais l'appréhension est grande : "On va refaire Noël sans lui, je me force uniquement pour mes enfants...Je pense à Nolan matin, midi et soir", dit-elle très émue.

Au-delà de sa peine, sa colère est immense. Depuis un an, elle attend la vérité sur ce qu'il s'est passé ce 26 novembre 2022. L'exploitation des images des caméras de vidéosurveillance de la commune n'a rien donné. Elles permettent seulement de voir les cyclistes circuler puis le bus impliqué mais l'accident a eu lieu hors champ de la caméra. Il est donc impossible de déterminer les trajectoires exactes du cycliste et du bus au moment des faits. De plus, les témoins entendus n'ont pas vu le choc, la reconstitution des faits paraît donc compliquée. Mais la famille ne lâche rien et attend que les responsabilités de ce drame, impliquant un bus exploité par la société Keolis, soient établies.

Des travaux entrepris

Mélissa, la mère de Nolan, a pris les devants en lançant son propre appel à témoins. Elle a recueilli alors le témoignage d'une dame qui a vu l'accident. Elle aurait aperçu le chauffeur descendre de son bus en disant "Je les ai tués". Pour elle, le petit garçon était "bien aligné" en vélo. Le dossier de cette affaire devait être bouclé le 5 novembre dernier mais la famille a refusé tant que cette témoin n'est pas entendue et que le témoignage du grand frère de Nolan, Mathis, n'est pas considéré.

Depuis l'accident, des travaux ont été entrepris : "Ils ont fait des pistes cyclables mais pour s'engager, ça reste très dangereux"La limitation de vitesse devait passer à 30km/h au lieu de 50km/h mais selon Mélissa, "ça ne s'est pas fait et ça ne se fera jamais".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité