Témoignage. Quelques conseils pour éduquer votre animal de compagnie plutôt que de l'abandonner

L'été les abandons d'animaux sont toujours très nombreux. Ils sont liés parfois à des problèmes de comportement que le maître n'arrive pas à corriger seul. Voici les conseils d'une professionnelle, éducatrice canine, elle-même confrontée à cette situation après une adoption à la SPA.
Elsa Guyot est éducatrice canine. Installée en Ardèche, à Saint-Didier-sous-Aubenas, elle aide les propriétaires à canaliser leur chien. Une vocation née de sa propre expérience après une adoption à la SPA.
Elsa Guyot est éducatrice canine. Installée en Ardèche, à Saint-Didier-sous-Aubenas, elle aide les propriétaires à canaliser leur chien. Une vocation née de sa propre expérience après une adoption à la SPA. © FTV

Abysse a été adoptée à la SPA quand elle avait six mois. Très vite, la chienne montre des signes d'agressivité. Elle vole la nourriture, va jusqu'à montrer les crocs et a d'ailleurs mordu à plusieurs reprises sa maîtresse. Quelqu'un d'autre aurait pu baisser les bras, abandonner l'animal ou le ramener au refuge. Pas Elsa Guyot. La jeune femme a fait le pari d'éduquer seule sa chienne. Pari gagné. Depuis, Elsa Guyot est devenue éducatrice canine. Installée en Ardèche, elle transmet son savoir à ceux qui, comme elle à l'époque, se retrouvent démunis face au comportement de leur animal de compagnie.

"Leur apporter les clés pour qu'ils puissent évoluer et être bien avec leur chien"

Elsa Guyot a toujours été passionnée par les chiens, et ce depuis qu'elle est toute petite. Très vite, elle s'intéresse "à leur façon d'opérer, de fonctionner". Elle observe, se renseigne. Et puis vient ce jour où elle se rend à la SPA. "On prend un chien, et on n'est pas accompagné. Moi j'ai appelé la SPA une semaine après, limite en pleurs, en leur disant que je ne m'en sors pas, qu'elle est agressive...", se souvient la maîtresse d'Abysse. En réponse, on lui conseille d'appeler un éducateur canin. Quelque peu rembarrée par certains de ces professionnels, Elsa Guyot décide de se débrouiller seule.

"Je me suis dit que je ne l'abandonnerai pas quoi qu'il arrive". Elsa essaye des techniques différentes. Avance pas à pas avec sa chienne, établit une relation de confiance avec l'animal. Un an de travail et le tour est joué. Une vocation trouvée. 

On a réussi à avoir une belle complicité, une belle écoute. Aujourd'hui, elle n'est jamais en laisse, elle n'embête pas les gens, elle n'est plus agressive, elle est super sociable. C'est ce qui m'a motivée à me lancer dans ce métier-là. Je me suis dit, je veux aider les gens qui, comme moi, se retrouvent démunis avec leur chien. 

Elsa Guyot, éducatrice canine

Un peu d'autorité et beaucoup de complicité

Les chiens, adoptés ou non, ne sont pas toujours faciles à éduquer. Dominique Jullien en a aussi fait l'expérience. "Pas bouger, au pied..." Les ordres simples s'adressent à Cali, une malinoise d'un an et demi. Adoptée quand elle avait trois mois, la chienne est pleine de fougue. Un peu trop pour ses maîtres. "C'est elle qui nous promenait. Elle tirait beaucoup. Et c'était devenu impossible. On fait beaucoup de randonnées, beaucoup de marche et on rentrait avec les épaules cassées", raconte Dominique Jullien. Deux leçons avec Elsa, et l'affaire est réglée. "C'est rassurant". 

La marche et le rappel au pied sont des ordres de base pour montrer son autorité et apprendre au chien à obéir. Des ordres utiles, répétés aussi bien à la campagne que lors de séances en ville, "pour être à l'aise avec son chien de partout". Les conseils d'Elsa sont plutôt simples à suivre pour ne pas se laisser déborder. D'abord, beaucoup de sorties, mais attention, "un jardin, ça ne suffit pas", prévient l'éducatrice canine. "Il faut lui accorder au moins une heure et demi de dépense physique ou mentale avec des jeux, en lui faisant découvrir de nouveaux endroits et de nouvelles choses. Cela permet de canaliser le chien."

En moyenne pour son éducation, le chien a besoin de 60% de dépense physique, de 20% d'ordres, d'un peu de fermeté et le reste de câlins et de papouilles.

Conseils d'Elsa Guyot, éducatrice canine

Le travail du maître

Éduquer son animal de compagnie, c'est aussi faire un travail sur soi. "Très souvent, les soucis de comportement se créent avec le maître", estime Elsa. Des exemples ? Un maître qui a peur des autres chiens, et qui ne laisse le sien aller vers eux. "Du coup, le chien peut devenir agressif avec les autres parce qu'il ne les aura jamais rencontrés." Le cas du chien qui promène son maître relève du cercle vicieux, selon l'éducatrice. "On n'ose plus sortir son chien parce qu'on se fait tracter. Du coup, le chien est de plus en plus énervé, plein d'énergie, et ça devient compliqué à gérer à la maison.

Alors pensez-y, quand vous irez chercher un animal de compagnie. Prendre un chiot peut s'avérer plus facile pour faire son éducation. Mais rassurez-vous, Elsa Guyot est catégorique, "bien souvent il suffit de pas grand-chose."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature éducation société témoignage