VIDÉO. Incendies et feux de forêt : la patrouille de bénévoles dans un village d'Ardèche

durée de la vidéo : 00h01mn49s
La commune de Lagorce est l'une des plus étendues d'Ardèche. Et pour aider à la prévention des risques de feu de forêt, une réserve communale de sécurité civile a vu le jour avec des patrouilles de bénévoles. ©France Télévisions

Une réserve communale de sécurité civile pour lutter contre les incendies. À Lagorce, au sud de l'Ardèche, des habitants prêtent main-forte aux pompiers. Leur mission : sensibiliser les habitants pour éviter tout départ de feu et éviter de revivre les ravages de l'été 2022.

Depuis le mois de juin et jusqu'en septembre, un nouveau dispositif de surveillance a été mis en place dans le sud Ardèche dans le cadre de la prévention des feux de forêt. Ainsi, la petite commune de Lagorce s'est dotée d'une" réserve communale de sécurité civile". Des habitants assurent bénévolement des patrouilles, quotidiennement, sur la totalité du territoire communal.

Lagorce s'étend sur 7000 hectares. C'est l'une des communes les plus étendues du département. Ce lundi 28 août, Annie Majorel-Durand et Patrick Astier assurent la patrouille 1. À bord de leur pick-up orange, ils ne passent pas inaperçus sur les routes du village. Une fois postés sur les hauteurs de Lagorce, les deux bénévoles scrutent l'horizon. Objectif : détecter toute fumée suspecte et départ de feu potentiel au milieu de la végétation. Patrick insiste sur le fait qu'ici "il y a beaucoup de forêts et beaucoup de zones de lande et de garrigue avec une végétation arbustive un petit peu rase. Une végétation qui, lorsqu'elle est sèche, est très inflammable."

Joëlle Rossi, maire sans étiquette de Lagorce, explique que sur les 7000 hectares communaux, il y a beaucoup d'habitations isolées. D'où l'idée de cette réserve citoyenne pour "avoir des gens de terrain qui connaissent les lieux, et qui puissent accompagner les pompiers."

"On espère ne jamais avoir à s'en servir"

Les incendies, les feux de forêt... Annie Majorel-Durand y est particulièrement sensible. Face aux arbres qui portent encore les stigmates des incendies de l'été dernier, elle confie que "ça fait très, très mal au cœur. J'ai été aussi très sensibilisée personnellement par deux décès familiaux et mon père a été gravement brûlé. J'ai aussi habité le Var qui a été largement touché par des incendies. J'ai été touchée par la détresse de ceux qui ont tout perdu."

Au cours de l'été 2022, 240 hectares de végétation ont brûlé sur la commune de Lagorce. Pas question de revivre ça. La municipalité, avec l'aide de l'État, a donc mis en place cette réserve citoyenne. Et une quarantaine de bénévoles ont accepté de donner de leur temps pour assurer la prévention durant l'été.

À l'arrière du pick-up, du matériel pour attaquer tout départ de feu : Une cuve de 450 litres d'eau, une moto pompe et une lance à eau qui permet d'agir sur un rayon de 50 mètres, explique Patrick Astier. Mais le retraité est loin de se prendre pour un sapeur-pompier professionnel. "Nous sommes loin d'avoir leurs compétences, leur entraînement, leur matériel et leur condition physique, rétorque le patrouilleur bénévole. On espère ne jamais avoir à s'en servir."

À la rencontre des vacanciers

Les bénévoles de la réserve communale de sécurité civile ont suivi une formation pour lire les cartes et savoir se localiser. Leur rôle se limite essentiellement à de la prévention. L'équipe part ainsi à la rencontre des vacanciers et randonneurs dans le secteur.

Le message est passé. Le dispositif, jusque-là unique en Ardèche, devrait s'étendre à d'autres communes, comme à Bannes, dans le sud du département.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité