Après le mouvement des agriculteurs, la prise de conscience des consommateurs

Quelques jours après la levée des derniers barrages d'agriculteurs, le mouvement a-t-il sensibilisé les Français ? Regardent-ils les étiquettes de leurs produits favoris ? Les produits français et locaux ont-ils la côte ? C'est ce qu'a essayé de savoir notre équipe, dans le Cantal.

La Quotidienne des Régions
Tous les jours à 13h, notre rédaction vous réserve le meilleur de l'info régionale. Une sélection rien que pour vous, pour rester en lien avec vos régions.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "La Quotidienne des Régions". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Après le mouvement de colère des agriculteurs, les consommateurs ont-ils pris de nouvelles habitudes ? "Je faisais mes courses différemment de toute façon, mais je pense que ça change parce que ça sensibilise encore plus", explique une consommatrice à Aurillac.

Comme cette cliente, beaucoup disent ne pas avoir attendu les récentes manifestations pour privilégier les produits français et locaux. Quand d'autres tombent parfois de haut. "Là, on vient de constater que sur une petite boîte de bonbons que l’on achète de temps en temps, l’emballage nous stipule que c’est français et en fin de compte, on s’aperçoit que s’est fabriqué en Turquie. Donc on n’a pas acheté, tout simplement", confie un consommateur, déçu.

Consommer local

Des clients plus exigeants sur la provenance des produits, un magasin de producteurs locaux, en a vu arriver de plus en plus ces derniers jours. "J’ai envie de faire travailler les gens du coin et puis c’est abordable, ce n’est pas plus cher que dans d’autres magasins", assure l’une des clientes. "Le but, c'est que les agriculteurs soient rémunérés à leur juste valeur, et il faut les aider", ajoute une autre.

Pour cet éleveur bovin, associé à la tête du magasin, la prise de conscience a été accélérée par le mouvement des agriculteurs en colère. "On sent qu’il y a un regain d’activité dans le magasin. Ce qui est certain, c’est que nous avons plus de clients, avec 23 % de passages en caisse en plus", explique Mathieu Théron, producteur associé La ferme de chez nous.

Dans les rayons, 70% des prix affichés reviennent directement aux producteurs. Dont le nombre ne cesse d'augmenter. Ils sont déjà plus d'une centaine à approvisionner ce magasin.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité