Aurillac : la polémique autour de la zone commerciale de la Sablière relancée ?

A Aurillac, si les travaux de la future zone commerciale de la Sablière ont déjà commencé, le projet suscite encore de vives oppositions. / © L.Theodore / France 3 Auvergne
A Aurillac, si les travaux de la future zone commerciale de la Sablière ont déjà commencé, le projet suscite encore de vives oppositions. / © L.Theodore / France 3 Auvergne

A Aurillac, la nouvelle zone commerciale de la Sablière devrait ouvrir ses portes au printemps 2021. Après presque 20 ans de débat et de recours, le chantier a débuté. Les noms des premières enseignes sont connus. Cela n'empêche pas quelques opposants de remettre le projet en question.

Par Solenne Barlot

A Aurillac, quelques militants sont décidés à faire revenir sur le devant de la scène un dossier très controversé : celui de l'ouverture d'une nouvelle zone commerciale dans le secteur de la Sablière. « Comment les élus des petites communes environnantes peuvent prétendre sauver leurs commerces ou préserver leurs commerces existants alors qu’ils votent tous comme un seul homme un projet comme celui de la Sablière ?  Et comment peut-on développer autant de grandes surfaces alors qu’Aurillac est déjà très bien achalandé ? » s’interroge Jean-Louis Schaff, opposant au projet.

Une nouvelle zone artisanale à proximité ?

Sur les 22 500 m² que compte la zone dédiée au projet, une vingtaine d'enseignes vont s'installer. Le dossier représente 60 millions d'euros avec en tête de gondole, l'hypermarché Carrefour. « Quand on se sera rendu compte que ce projet aura désertifié le centre-ville, que la moitié des galeries commerciales seront vides, on va se retrouver avec des tonnes de métal et de béton sur les bras. Pour revenir en arrière, ce sera compliqué », regrette Ugo Bernalicis, député La France Insoumise en visite à Aurillac. Pour ne pas reproduire ce qu'ils estiment être "l'erreur de la Sablière", ces opposants conduisent le député, référent pour le Cantal, sur le futur site d'extension d'une zone artisanale non loin du chantier.

Une association pour s'opposer au projet

Le projet, déjà bien avancé bien qu’encore au stade d’étude, prévoit l'exploitation de 22 hectares sur les 42 acquis par la Communauté d'agglomération. « Cet endroit doit être protégé, c’est une zone humide, ce sont des terrains agricoles. On a l’impression que c’est comme si le cadre naturel n’existait pas, ils ont juste vu le côté pratique : il y avait Esban 1 à côté, on va continuer avec Esban 2 », dénonce Mathieu Goubin, opposé au projet. Prochainement, ces opposants vont se constituer en association, alors que l'enquête publique devrait bientôt commencer. Sollicitée, la communauté d'agglomération d'Aurillac n'a pas souhaité s'exprimer.

Sur le même sujet

Les + Lus