Déconfinement : en Auvergne, les conseils des gendarmes de montagne pour retourner randonner sereinement

Première étape du déconfinement, le rayon des 10 kilomètres de sortie autorisée a été levé ce lundi 3 mai. En Auvergne, les randonneurs devraient revenir en montagne, dans le Sancy et les monts du Cantal. Face aux risques, les gendarmes de montagne livrent de précieux conseils avant de partir.

Avec le déconfinement, les gendarmes du PGM de Murat et du Mont-Dore prévoient un afflux de randonneurs en montagne.
Avec le déconfinement, les gendarmes du PGM de Murat et du Mont-Dore prévoient un afflux de randonneurs en montagne. © DUCLET Stéphane/MAXPPP

Avec la levée des restrictions de déplacement en journée, à compter du lundi 3 mai, les randonneurs vont pouvoir retourner en montagne. Dans le Sancy (Puy-de-Dôme) et les monts du Cantal, les Pelotons de gendarmerie de montagne (PGM) sont déjà prêts à l’afflux de visiteurs.

Les risques saisonniers

« Nous nous attendons à avoir du monde dès ce week-end et notamment pendant les jours fériés du mois de mai », prévoit Jean-Christophe Agut, commandant adjoint du PGM du Mont-Dore. Jean-Michel Crasez, du PGM de Murat, ajoute : « C’est sûr que les gens sont dans les starting blocks pour revenir en montagne ! » Malgré le retour du beau temps et des températures un peu plus douces, la montagne reste un terrain risqué pour les moins avertis. « Déjà pendant l’hiver, nous avons eu énormément de secours en montagne, parce que les stations était fermées, rappelle le PGM du Mont-Dore. Ce mois-ci, il faut vraiment se méfier de la météo, on a des journées très chaudes et d’autres très froides. Mais il reste encore pas mal de neige en haut des stations. » D’après lui, le danger se situe surtout au niveau des névés : « Quand il y a des coups de froid, la neige restante se transforme en glace et alors là, quand on monte en baskets, c’est la chute assurée. » A Murat, l’adjudant-chef Crasez renchérit : « Avec les températures, les touristes se croient en été. Nous avons eu un décès il y a un peu plus d’un mois. La neige est toujours présente, cela constitue un danger. »

Exercice d'évacuation de victime en paroi. Belle ambiance dans le brouillard.

Publiée par PGM Mont Dore - Secours en montagne sur Samedi 1 mai 2021

Bien prévoir sa sortie

« Les randonneurs sont confinés depuis un an. Ils n’ont pas forcément pu garder leur forme physique, avertit l’adjudant-chef Crasez. Il faut bien adapter sa sortie à son niveau de forme, et même la revoir à la baisse, ne pas se comparer à d’habitude. » En plus de cela, il est conseillé de se munir d’un « fond de sac » avec de l’eau et de la nourriture, des vêtements de rechange et une couverture de survie. Le peloton anticipe déjà des risques « traumatos », chutes et blessures. Il conseille de « bien prévenir un proche de l’endroit précis où l’on part, autrement il est difficile de retrouver les randonneurs avec des indications vagues. On cherche, on cherche, mais on ne trouve pas toujours. » A Murat comme au Mont-Dore, les gendarmes recommandent aux randonneurs d’utiliser des bâtons de marche pour reprendre progressivement l’activité. « Cela permet de décharger les muscles des jambes et anticiper les chutes », rappelle l’adjudant-chef Crasez. Il ajoute que leur standard est toujours disponible si besoin de conseils et que les urgences sont à contacter au 112.

Peloton de gendarmerie de Montagne, à Murat : 04.71.20.32.37

Peloton de gendarmerie de Montagne, au Mont Dore : 04.73.65.04.06

Secours (numéro d'appel d'urgence) : 112

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne sécurité nature le pays du grand sancy