Jardin : trois choses à savoir pour le protéger des fortes chaleurs et du manque d'eau

Publié le

Un mercure qui passe au-dessus des 30°C, une pluie insuffisante depuis le début de l'année, le mois de mai s'annonce difficile pour les potagers d'Auvergne. Voici quelques astuces pour limiter l'arrosage.

Un potager qui peut faire face aux fortes chaleurs et au manque d'eau, c'est avant tout un jardin bien préparé. Le premier objectif du jardinier: limiter les pertes en eau, pour rendre performant l'arrosage et donc, la pousse. 

Comme aime à le rappeler Didier Flipo, maraîcher bio à Sansac-Veinazès, dans le Cantal : "une plante ça mange quand ça boit". Alors, voici ses astuces pour bien hydrater vos légumes. 

Le paillage, le meilleur ami du jardinier

Pailler un potager, soit recouvrir le sol avec des plantes coupées, est la première chose à faire selon Didier Flipo. Cette couverture végétale a plusieurs avantages.  

  • Limiter l'évaporation de l'eau

Une fois le sol recouvert, l’eau restera dans la terre. «Le paillage ne doit pas être fait que quand il fait chaud, précise le maraîcher. Si on le fait toute l’année, on aide le sol à se charger en eau en prévision de l'été.»

  • Nourrir le sol

« En se décomposant votre paillage va créer de l’humus, nourrir les bactéries, les champignons et les insectes de votre sol. Grace à cette vie souterraine, le sol va être plus aéré et il va mieux stocker l’eau.».

Autre avantage d'un sol enrichi par le paillage : «vos plantes seront bien nourries, elles n’auront pas de carences. Elles seront plus résistantes et auront un meilleur goût.». 

  • Comment faire un bon paillage ?

Si le terrain n'a jamais été paillé, l’idéal est de commencer avec des plantes vertes et non pas de la paille sèche. «Le vert est plus simple à digérer pour le sol et il faut commencer sans en mettre trop.».

Vous pouvez donc utiliser n'importe quels végétaux, comme la tonte de votre gazon, «mais, il faut faire sécher la coupe un jour ou deux ». Pas d’inquiétude préciser le maraîcher : "les graines de mauvaises herbes qui pourraient être apportées seront étouffées par le paillage."

Pour l’épaisseur, une couche de 5 à 10 centimètres suffit pour le premier paillage, la taille peut-être augmentée au fur et à mesure, jusqu'à atteindre 20 centimètres. Pour savoir quand il faut repailler, la règle est simple: «il faut le faire dès qu’on voit la terre. Si au bout d’un an, il reste du paillage, c’est que vous en aviez trop mis.».

Arroser malin

Avec un bon paillage, un jardin est déjà moins gourmand en eau. « La plus grosse réserve d’eau de pluie, c’est le sol du potager. Dans un sol vivant, un carré de 10 centimètres sur 10 centimètres stock un litre d’eau.» Il y a également des astuces dans l'utilisation de l'eau. 

  • Comment bien arroser ?

Pour limiter les pertes d'eau, la mise en place d'un goutte à goutte est une solution : «L’idéal, c’est même de le laisser toute l’année, pour donner à boire au sol.».

L'installation d'un pommeau sur l'arrosoir, qui transforme l'eau en pluie, est seulement nécessaire pour les semis, dans les 15 jours qui suivent leur apparition. Pour le reste des plantes, le paillage s'occupe de briser le jet. 

  • Quand arroser ? 

L’idéal est d’arroser en fin de nuit ou en tout début de matinée. En journée, l'eau risque de brûler les feuilles et le soir, l'arrosage est moins efficace. «C’est le matin que les légumes pompent l’eau. La nuit les plantes n’absorbent pas l'eau, car il n’y a pas de lumière.»

L’eau du robinet doit être mise dans un récipient quelques heures avant l'arrosage pour permettre au chlore de s'évaporer. L'eau du puits doit également être tirée en avance, elle doit être à température ambiante pour ne pas abîmer les plantes. 

  •  Prendre soin des jeunes arbres

Avec le soleil, les fruits devraient être très sucrés et parfumés cette année. Attention, les arbres fruités plantés à l’automne dernier doivent être surveillés de près et paillés. «En cas de sécheresse, il faut les arroser généreusement une fois par mois.»

Bien choisir ses plantes

«Il ne faut surtout pas renoncer à cultiver des plantes gourmandes en eau, conseille Didier Flipo. Le potager, c’est avant tout pour se faire plaisir.» 

Pour chaque plante, le maraîcher conseille plutôt de choisir les variétés les moins gourmandes en eau . «On peut demander au grainetier ou regarder sur son site ».

Le bon plan : choisir une variété traditionnelle ou rustique, généralement plus économe. 

Dernier conseil du jardinier. Il vaut mieux mélanger les plantes du potager, plutôt que de faire des rangées, le sol sera ainsi enrichi. Un sol plus riche donnera de meilleurs nutriments pour les légumes et conservera mieux l'eau. Un cercle vertueux pour le potager.