Cantal : un prêtre mis en examen pour viol sur mineur

Le prêtre Philippe Pouzet a été mis en examen pour viol aggravé sur mineurs de moins de 15 ans pour des faits dans le diocèse de Saint-Flour (Cantal). / © L. Ribes / France 3 Auvergne
Le prêtre Philippe Pouzet a été mis en examen pour viol aggravé sur mineurs de moins de 15 ans pour des faits dans le diocèse de Saint-Flour (Cantal). / © L. Ribes / France 3 Auvergne

Le père Philippe Pouzet qui exerçait dans le Cantal dans le diocèse de Saint-Flour a été mis en examen pour viol, a t-on appris mardi 27 novembre, après une première mise en examen pour agressions sexuelles sur quatre mineurs de moins de 15 ans.

Par Renaud Gardette

C'est un véritable tournant dans l'affaire Philippe Pouzet, révélé par nos confrères de La Montagne : le prêtre de 64 ans vient d'être mis en examen pour viol aggravé sur mineur de moins de 15 ans. Il était déjà mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs.

Les faits se seraient produits entre 2012 et 2018. Philippe Pouzet exerçait alors dans les paroisses de Saint-Flour, Massiac et Laroquebrou dans le Cantal. Pour l'instant quatre victimes sont recensées, issues d'une même fratrie. Ils étaient alors enfants de choeur. Leurs parents ont porté plainte en septembre. Depuis le père Philippe Pouzet a été relevé de ses fonctions. 

L'évêque du diocèse de Saint-Flour, Mgr Bruno Grua, avait signalé les faits ainsi que d'autres rumeurs en 2017 sur ce prêtre, en demandant que justice soit faite.
 

Depuis septembre le prêtre est placé en détention provisoire à la maison d’arrêt d’Aurillac. Le pôle de l’instruction de Clermont-Ferrand a été saisi. Un juge d’instruction de Clermont-Ferrand va dorénavant diriger l’enquête avec la gendarmerie de Saint-Flour et la section de recherches de Clermont-Ferrand.
 


"Mon client veut coopérer avec la justice"

Me Kominé Bocoum défend Philippe Pouzet. Il rappelle qu'à ce stade, son client est toujours présumé innocent: "Il conteste en l'état tous les faits de viols ou d'atteintes sexuelles. Un plaignant dit quelque chose, mais ce n'est pas forcément la vérité. Il faudra que la justice distingue le vrai du faux." Et l'avocat le rappelle: "mon client veut coopérer avec la justice. Il attend de pouvoir s'exprimer devant un juge."
 

Sur le même sujet

Les + Lus