Coronavirus : Grenoble, Lyon et Villeurbanne "seront un point de difficulté pour septembre"

Grenoble, Lyon et Villeurbanne font partie des vingt métropoles françaises considérées par le président du conseil scientifique, Jean-Michel Delfraissy, comme des "points de difficulté" pour septembre à propos du coronavirus.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Michel Clementz - MaxPPP
"Vingt grandes métropoles françaises seront un point de difficulté pour septembre." Le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy, invité de la matinale d'Europe 1 ce lundi 10 août, a fait le point sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France.

Parmi ces vingt métropoles, trois sont situées en Auvergne - Rhône-Alpes : Grenoble, Lyon et Villeurbanne. 
 
"C'est là où il y a le travail et les transports, et où les risques sont les plus importants", justifie Delfraissy à propos de ces métropoles.

"Nous allons être particulièrement attentifs et nous avons en tête l'idée que se mette en place une réflexion avec les grandes métropoles pour anticiper les mesures à prendre pour la rentrée de septembre", a t-il conclu.

Pas de mesures à Grenoble

Des mesures ont été prises dans des villes moins importantes, notamment en Haute-Savoie, cinquième département le plus touché par le rebond de l'épidémie de Covid-19. Depuis mardi 4 août, le préfet a imposé le port du masque sur les marchés de plein air, les brocantes, les vides-greniers ainsi que sur les rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique. Trois communes, Annecy, Chamonix et Megève ont par ailleurs décidé d'imposer le port du masque dans leur centre-ville.
 
A Grenoble, aucune mesure n'a pour l'heure été prise par le maire Eric Piolle. Ses opposants, Emilie Chalas (LREM) en tête, lui reprochent son silence. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société