Danse. Dyptik à la nuit du hip-hop de Seyssins

Le Festival International de danse hip-hop offre deux dates cette année, au Prisme de Seyssins. Premier round ce mercredi 18 février et le 20 mars. Rendez-vous à 20 heures pour ne rien manquer des histoires racontées à pas cadencés. 

La première nuit du hip-hop déroule le tapis rouge à Dyptik, une compagnie de Saint-Etienne qui explore le thème du déracinement avec un style qui allie recherche artistique et prouesse technique.

Afin de dépasser sa propre vision du déracinement, le chorégraphe Souhail Marchiche, accompagné des danseurs de son spectacle, est allé à la rencontre d'anonymes. Des immigrés, des clandestins... Tous ont raconté leur histoire. Ces femmes et ces hommes, en quête de sens, se sont laissés prendre au jeu de son enquête. Ils se sont livrés, ont dévoilé leurs angoisses, leurs interrogations, leurs espoirs et leurs illusions.

Reportage Céline Aubert et Didier Albrand 

Intervenants : Fabrice Mahicka, Danseur de la cie Dyptik, vice-champion de France de Break Dance; Anne-Marie Astier, Fondatrice et organisatrice de la Nuit du Hip-Hop; Souhail Marchiche, Chorégraphe de la cie Dyptik

"Mon rôle de chorégraphe a été, plus que jamais, de synthétiser les idées et le ressentiment de tous, pour que chacun se reconnaisse dans cette pièce", explique Souhail Marchiche.

La danse a alors été inventé au rythme de ces témoignages. Elle exprime l'isolement, le déséquilibre... Les danseurs passent d'une impasse à l'autre, se détournent, se retournent, font des va-et-vient, dedans, dehors, de l'obscurité à la lumière. Ils miment aussi la lutte, la résistance...

Du coup, "En quête" produit des émotions vraies, suscite des réflexions.

Produisant et diffusant ses créations en France et à l'international, Dyptik poursuit un dialogue privilégié avec d'autres disciplines artistiques au travers de nombreux événements et projets d'actions culturelles dédiés à la danse hip-hop.