En direct Affaire Fiona

Affaire Fiona : Procès en appel du couple Bourgeon/Makhlouf - relire notre direct de la dernière journée (samedi 10 février)

Après un premier procès en appel qui avait tourné au fiasco à l'automne, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf ont de nouveau rendez-vous devant la cour d'assises de Haute-Loire, au Puy-en-Velay, à partir du lundi 29 janvier. Ils sont jugés pour la mort de Fiona, en mai 2013. En première instance, la mère de la fillette (5 ans au moment de sa disparition) avait été condamnée à 5 ans de prison pour avoir menti pendant des mois en parlant d'un enlèvement de l'enfant. Berkane Makhlouf, son ex-compagnon, avait écopé de 20 ans de réclusion pour avoir porté des coups fatals à Fiona. Le verdict est attendu pour le dimanche 11 février.

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 11/02/2018 à 01:12

    Fin du procès au Puy-en-Velay

    Merci d'avoir suivi notre direct. Retrouvez toutes les informations sur les peines attribuées ci-dessous.

    Les débats sont clos.

    Il est 20h15. La cour va se retirer pour délibérer. L'audience est suspendue jusqu'à l'annonce du verdict.

    “Je vais être condamné pour tout ce que j'ai pu reconnaître. Pas pour ce que j'ai fait à Fiona...”

    Le dernier mot de Berkane Makhlouf

    Me Schott a terminé sa plaidoirie.

    L'oubli du lieu d'inhumation

    Berkane Makhlouf a toujours dit ne pas connaître le lieu d'inhumation de Fiona. Son avocat, Me Schott s'adresse aux jurés : "Interrogez vous en conscience : quand vous êtes passager, est-ce que vous vous souvenez réellement par où vous êtes passé ? Quels villages vous avez traversé? "

    Me Schott : "Où sont les raisons et les preuves ?"

    Une rencontre toxique

    "Je pense que le contexte familial en entier compte. La rencontre de ces deux personnages atypiques ne pouvait être que toxique", affirme Me Schott

    Me Schott se lance dans le portrait de Berkane Makhlouf

    L'ancien bâtonnier, Me Schott se lance dans un portrait de son client depuis l'enfance et explique les gestes de violence subies par Berkane Makhlouf enfant : "Frappé par son père, puis son frère, c'est comme ça qu'on se retrouve avec un petit Berkane âgé de 8 ans qui essaye de se jeter par la fenêtre. Elles étaient où les associations de protection de l'enfance à ce moment là ?"

    L'avocat passe ensuite à l'adolescence et évoque ses : "difficultés et rejets scolaires". Avant d'évoquer le début de "ses mauvaises fréquentations" et le début de sa toxicomanie. 

    Pendant que son avocat évoque ses problèmes de drogue, Berkane Makhlouf essuie une larme et finit par se cacher une nouvelle fois les yeux.

    Me Schott évoque le "caractère violent" de son client : "Personne n'a dit qu'il n'avait pas d'excès de violence."

    Berkane Makhlouf, le coupable idéal ?

    Berkane Makhlouf, le coupable idéal ?

    Du temps perdu pendant l'audience ?

    Me Schott prend la parole pour Berkane Makhlouf à son tour

    "Il est très tard mais je n'ai pas demandé de suspension d'audience pour éviter de rajouter à la fatigue aux jurés. Je vous demanderai d'être attentifs malgré ça", commence Me Schott avant de remercier les parties civiles d'être là et de rendre hommage au père de Fiona, Nicolas Chafoulais. 

    L'avocat de Berkane Makhlouf explique avoir demandé à son client de donner le lieu où est enterré Fiona, s'il le connaissait.

    Me Kanifar "Cécile Bourgeon ment !"

    "On ne peut pas dire  "elle ment à longueur de journée", "elle n'est pas fiable", et dire qu'elle dit la vérité par rapport à Berkane Makhlouf et les violences dont elle l'accuse", s'énerve Me Khanifar

    Me Khanifar : "Trop d'émotion chez l'avocat général !"

    Berkane Makhlouf attentif

    Dans le box des accusés Berkane Makhlouf est très attentif à la plaidoirie de son avocat. Toute la journée, il est resté la main sur les yeux, a essuyé quelques larmes.

    Au rythme des sursauts de son avocat pendant sa plaidoirie, l'ex compagnon de la mère de Fiona bouge, se triture les coins de la bouche de sa main droite. Observe les réactions des jurés à de très courts instants avant de s'intéresser à nouveau à son conseil.

    Me Khanifar prend la parole pour Berkane Makhlouf

    Très vif voire agacé, Me Khanifar commence sa plaidoirie pour Berkane Makhlouf. L'avocat évoque les personnalités des deux accusés : "On a fait de ces êtres infâmes, un être bicéphale qui se créée dans l'intimité. L'un frappe, l'autre regarde et inversement. C'est une troisième créature. Mais d'où ça vient ça, monsieur l'avocat général ? Qu'est ce que c'est que cette co-action ?"

    L'intime convition selon Renaud Portejoie

    Cécile Bourgeon réagit légèrement pendant la plaidoirie de son avocat

    Pour la première fois depuis le début de la journée, Cécile Bourgeon se tient droite sur son siège pendant la plaidoirie  de son avocat Renaud Portejoie. Elle maintient pourtant sur son visage son écharpe léopard comme pour cacher la partie de son visage visible au public.

    Elle ne laisse voir son visage qu'à ses avocats lorsqu'elle échange avec eux. Et à de rares occasions au jurés

    "Une amnésie possible"

    Me Renaud Portejoie rappelle les témoignages des experts qui affirment que : "l'amnésie est possible"

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité