Visite d'Emmanuel Macron dans la Drôme : ce qu'attendent les professionnels de l'hôtellerie-restauration

Le Président de la République Emmanuel Macron se rendra ce mardi 8 juin à Tain l'Hermitage et à Valence (Drôme). Le chef de l'Etat rencontrera des professionnels de l'hôtellerie-restauration à la veille de la réouverture des salles de restaurants et de bars. Voici ce qu'attendent ses hôtes.

© Stéphane Hyvon/France TV

Emmanuel Macron échangera mardi dans la Drôme avec des restaurateurs. Une deuxième étape, après le Lot la semaine dernière, de la pérégrination à la rencontre du pays voulue par le président.
Le chef de l'Etat se rendra dans un premier temps au lycée hôtelier de Tain l'Hermitage. Il doit débattre "avec des lycéens, apprentis et leurs encadrants, afin d'aborder les sujets du recrutement, de la formation, et du retour à l'emploi, au moment de la reprise du secteur".

Mieux former les nouvelles recrues

Avec la crise du Covid et la fermeture des restaurants, beaucoup d'employés sont partis vers d'autres horizons. Certains ont ainsi réussi à maintenir leur niveau de vie en préservant leurs soirées et leurs week-ends. Alors pour Rodolphe Perret, membre de l'UMIH (Union des métiers et des industries de l'hôtellerie) et patron de la brasserie "L'étage" à Valence, il faut mettre l'accent sur la formation. "On ne va pas le nier, ça fait longtemps que la profession souffre un petit peu d'un manque de personnel [...] Je comprends effectivement les restaurateurs qui sont dans la peine pour trouver un commis de cuisine."

Rodolphe Perret est passé par l'apprentissage et forme lui-même ses équipes. "J'ai pas mal d'étudiants notamment, qui bossent avec moi, qui ne sont pas forcément issus du métier, mais je prends le temps d'apprendre et de former quelqu'un en service dans une brasserie. C'est pas si dur que ça, il faut juste avoir un peu l'envie." Il espère que le niveau de diplôme adapté à son métier. "Je pense qu'il y a peut-être une certaine dégradation, comme la cuisine a aussi évolué, on n'a peut-être pas su faire ce passage. Dans les lycées ou les CFA, on apprend toujours à napper une salle de restaurant. Qui mange maintenant dans une salle de restaurant nappée? Hormis dans les gastros... et encore!"

Valoriser la profession grâce aux salaires

Emmanuel Macron déjeunera dans un second temps "avec des acteurs de la gastronomie locale et nationale" à Valence.
A la veille de la réouverture des salles de restaurant et des bars, le président compte "échanger avec des restaurateurs et des représentants de l'ensemble de la filière, et valoriser leur savoir-faire après plusieurs mois de fermeture, alors que s'ouvre à partir de cet été l'année de la gastronomie, au coeur de notre art de vivre et symbole de l'excellence française partout en France", annonce l'Elysée dans un communiqué.

Valoriser la profession passe par une augmentation des salaires pour Alicia Bournot, directrice du restaurant "La cuisine" à Valence. "Le souci du salaire, c'est que dès qu'on augmente le personnel, on augmente aussi nos charges. Et on a besoin de beaucoup de personnel pour faire du fait maison et on vend des plats du jour à 9,90€ donc on est obligé d'atteindre toujours un seuil plus haut, d'accueillir plus de monde. Du coup je pense revalorisation des salaires, peut-être en faisant un effort au niveau des charges sur les restaurateurs par exemple."

Un tour de France pour "aller au contact"

Emmanuel Macron a entamé mercredi 2 et jeudi 3 juin dans le Lot un "Tour de France" d'une dizaine de déplacements qu'il compte effectuer en juin et juillet, parfois sur plusieurs jours.
"Dès le début du mois de juin, grâce au retour à une vie aussi normale que possible, je veux reprendre mon bâton de pèlerin et aller dans les territoires pour prendre le pouls du pays, aller au contact", avait-il annoncé à la presse régionale le 29 avril.
Avec ce "pèlerinage", comme le surnomment des conseillers, Emmanuel Macron tente d'établir un dialogue personnel, sans intermédiaire, avec un pays qu'il sait divisé. À un an de l'élection présidentielle.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emmanuel macron politique élection présidentielle élections covid-19 santé société déconfinement vaccins - covid-19