En Savoie, François Hollande fait monter la pression en évoquant "une catastrophe" en cas d'échec de la COP 21

À trois mois de la conférence mondiale de Paris sur le climat, François Hollande a fait monter la pression, jeudi en Savoie, en affirmant qu'un échec "serait une catastrophe" pour la planète et en insistant sur la nécessité d'aider financièrement les pays émergents ou en développement.

Reportage. "S'il y a un accord sur le climat, ça ne sera pas simplement un accord sur des règles, sur des mécanismes, ce sera aussi un accord sur des financements", a affirmé le président français à l'issue d'une visite de l'Institut national de l'énergie solaire au Bourget-du-Lac (Savoie).

Il a souligné que "beaucoup de pays émergents ou vulnérables ont demandé, à juste raison, que leur transition énergétique puisse être accompagnée financièrement".
"Si nous avons un accord, et même si nous n'en avions pas, ce qui serait une catastrophe, l'enjeu c'est d'être capable de proposer à beaucoup de pays qui vont s'engager dans la transition énergétique, des solutions", a insisté François Hollande.

L'un des sujets épineux au menu de la COP 21 (30 novembre - 11 décembre), censée accoucher du premier accord universel contre le réchauffement climatique, est le partage des efforts entre pays développés, émetteurs historiques des gaz à effet de serre (GES) et pays en développement et émergents.

L'appel de François Hollande intervient à quelques jours d'une nouvelle session de négociations sur le climat du 31 août au 4 septembre à Bonn. Les négociations portent notamment sur les moyens de contenir le réchauffement sous les 2° par rapport à l'ère pré-indutrielle. Et la France compte bien être en première ligne


Les représentants des 196 pays membres de la convention de l'ONU pour le climat n'ont pour l'instant que toiletté le texte, particulièrement dense, sans trancher sur le fond.

Reportage de Christian Deville, Florine Ebbhah et Sophie Villatte

Une chance pour la croissance

Un précédent round de discussions dans la cité rhénane en juin s'est terminé sur une note "optimiste" avec la promesse d'un avant-projet de texte pour la conférence de Paris.
"Nous avons entraîné l'Europe. La complémentarité avec l'Allemagne a été essentielle. Avec Angela Merkel, nous avons fait en sorte que les objectifs qui ont été posés par l'Union européenne puissent préparer le succès de la conférence", a dit le chef de l'Etat.

La France doit "être exemplaire  pour être capable de convaincre tous les pays de signer un accord",  a ajouté M. Hollande en annonçant le doublement à 800 mégawatts d'un appel d'offres du gouvernement dans le domaine de l'énergie solaire.

L'une des principales revendications des pays en développement concerne la façon dont les pays industrialisés comptent verser les 100 milliards de dollars par an promis d'ici 2020, afin de financer leur basculement vers des énergies propres.
"C'est l'affaire du Fonds vert (pour le climat), c'est l'affaire des fonds privés comme publics, des banques de développement qui doivent se mobiliser", a déclaré François Hollande, pour qui un accord à Paris "ne doit pas être regardé comme une contrainte mais comme une chance pour la croissance et pour l'emploi".

La COP 21 devra aussi se pencher sur la question sensible des "pertes et dommages" liés aux impacts inévitables du changement climatique, qui sont réclamés par les États les plus vulnérables comme les petites îles, menacées de submersion.