Foulée Blanche 2017 : les coulisses d'une douloureuse annulation

La 39e édition de la Foulée Blanche a été officiellement annulée samedi 7 janvier. Derrière cette annulation, mal comprise alors que l'on peut skier à Autrans, il y a une semaine de réflexion, alors que le sort de l'événement restait suspendu aux prévisions météorologiques.

Intervenants: Michèle Arnaud, Pdte Foulée Blanche; Gérard Clauzier, Vice-Pdt Foulée Blanche
La 39e édition de la Foulée Blanche n'aura pas lieu ! La déception est immense, et elle est partagée entre les organisateurs et le public, depuis l'annonce dans un communiqué sur son site Internet ainsi que sur les réseaux sociaux.

Une décision qui a été difficile à prendre pour les organisateurs, et qui n'est pas tout à fait comprise par certains fans, car il est possible de skier sans le moindre problème à Autrans. "C'est tout à fait pratiquable, les gens sont vraiment enchantés, et pourtant nous on annule" résume la présidente de la compétition Michèle Arnaud.

En réalité, "c'est pas parce qu'on peut pas skier à Autrans, c'est la masse, uniquement la masse qui nous a fait reculer. C'était pas possible, c'était trop court, ils allaient tous s'empiler les uns les autres et il n'y aurait pas eu de plaisir."


Une décision qui a été prise pour le bien des participants. Et pourtant, les organisateurs ont retourné le problème dans tous les sens. "On avait prévu de faire des départs par vagues, se souvient Gérard Clauzier, vice-président de la Foulée Blanche, mais on courait alors le risque que "le premier tape dans le cul des derniers, comme on dit, et les règles éliminent le concurrent qui prend un tour." Avant de conclure : "Non, c'est complètement incompatible avec l'idée qu'on se fait d'une course populaire."

En attendant, les organisateurs de la Foulée Blanche donnent rendez-vous aux participants en 2018, où on espère que la météo sera plus riche en neige.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
la foulée blanche ski sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter