"La France va prendre le tournant de la 5G", répond Macron aux maires de Grenoble et Lyon qui demandent un moratoire

Emmanuel Macron s'est positionné en faveur du déploiement de la 5G, répondant ainsi aux maires de Grenoble, Lyon ou encore Villeurbanne qui ont demandé un moratoire sur cette technologie.
Emmanuel Macron lors d'un discours à l'Elysée, lundi 15 septembre, devant une centaine d'entrepreneurs de la French Tech.
Emmanuel Macron lors d'un discours à l'Elysée, lundi 15 septembre, devant une centaine d'entrepreneurs de la French Tech. © CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
"Oui, la France va prendre le tournant de la 5G." C'est la réponse tranchée d'Emmanuel Macron aux 70 élus de gauche et écologistes dont les maires de Grenoble, Lyon et Villeurbanne qui ont signé une pétition en faveur d'un moratoire sur cette technologie. Devant des entreprises du numérique, lundi 14 septembre, le chef de l'Etat a ironisé sur ceux qui préféreraient "le modèle Amish" et le "retour à la lampe à huile".

"La France est le pays des Lumières, c'est le pays de l'innovation (...) On va tordre le cou à toutes les fausses idées", a insisté le président devant une centaine d'entrepreneurs et entrepreneuses de la "French Tech". Il s'exprimait au lendemain de la demande de moratoire sur le déploiement de la 5G émanant notamment d'Eric Piolle, Grégory Doucet, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot. L'attribution des fréquences de cette technologie mobile doit débuter à la fin du mois en France.
 
 

"Macron devrait lire les rapports du GIEC"


"J'entends beaucoup de voix qui s'élèvent pour nous expliquer qu'il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile ! Je ne crois pas que le modèle Amish permette de régler les défis de l'écologie contemporaine", s'est moqué le chef de l'Etat, en référence à cette communauté religieuse américaine hostile à la technologie et qui vit comme au XVIIIe siècle.
 
"Au lieu de mépriser les élu.e.s des territoires qui demandent un débat sur la 5G, Macron devrait lire les rapports du GIEC et respecter les règles de la (Convention citoyenne pour le climat)", a rétorqué le maire de Grenoble Eric Piolle sur Twitter. "Pour faire durer ce qui nous est cher, des choix stratégiques s'imposent: faisons les ensemble !", a-t-il ajouté.

La décision du gouvernement d'attribuer les fréquences dès septembre "intervient sans étude d'impact climatique et environnemental ni aucune consultation publique préalable", déplorent les 70 élus de gauche et écologistes dans une tribune publiée par le Journal du dimanche. "Nous demandons que la priorité soit donnée à la réduction de la fracture numérique, à travers le développement de la fibre en zone rurale et en finalisant le déploiement de la 4G", écrivent-ils également.

Il a aussi rappelé que le plan de relance flécherait 7 milliards vers le secteur du numérique, notamment pour la transformation numérique de l'Etat. Emmanuel Macron a enfin défendu une Europe numérique souveraine. "Sur la 5G et beaucoup d'autres sujets, on ne doit dépendre d'aucune puissance non européenne", a-t-il martelé.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
technologies économie