Témoignage. "J'ai réussi à me soigner autrement" : pourquoi la réflexologie séduit en Haute-Loire

Publié le Écrit par Elodie Monnier et manale makhchoun

En Haute-Loire, la pratique de la réflexologie s'est développée. Elle a fait sa place dans les cabinets médicaux aux côtés des sophrologues, des ostéopathes et autres alternatives douces aux traitements médicamenteux. Objectif : la recherche du bien-être et d’une relaxation préventive aux maux du quotidien.

Dans le cabinet d'Isabelle Lager, à Saint-Julien-Chapteuil en Haute-Loire, une cliente est venue confier son mal-être. Migraines, anxiété, mal de dos, tous ces symptômes passent par une palpation et un massage profond des zones sensibles du pied. Des points cartographiés dès l'époque antique en Egypte ou en Chine, comme l’explique la réflexologue : “Ce sont des points précis situés au niveau des pieds qu’on appelle ‘zone réflexe’. Quand on va émettre des pressions sur ces points-là par voie réflexe on va provoquer une action sur la partie du corps qui est en lien avec le point en question”

"Je préfère cette alternative-là à la visite chez le médecin"

C'est une séance d'essai pour Laure. La cliente du jour est venue ce jour-là “par curiosité”. Elle confie : “Je viens pour avoir un bien-être et penser à moi et me relaxer. On m’en a dit du bien et qu’il y avait des effets positifs"

Chez une autre praticienne située au Puy-en-Velay, c'est la prévention d'une crise de sinusite qui a amené une cliente à faire des séances régulières depuis plusieurs années. Elle raconte : “Je prenais de la cortisone et des antibiotiques. Ce qui n’est pas très bon pour l’organisme. Maintenant, j’arrive à passer les hivers tranquillement. Je n’ai plus besoin de prendre tous ces médicaments. Je préfère cette alternative-là à la visite chez le médecin. Parfois, je suis obligée. Je n’ai pas le choix. Mais maintenant, j’ai réussi à me soigner autrement”.

durée de la vidéo : 00h01mn57s
"J'ai réussi à me soigner autrement" : pourquoi la réflexologie séduit en Haute-Loire ©E. Monnier / M. Pitavy / Ahcene Larras / France 3 Auvergne

"On ne se substitue pas à la médecine"

Blandine Chabrier, déléguée départementale du syndicat professionnel des réflexologues, précise cependant : “On ne fait pas de soin. On ne se substitue pas à la médecine mais on va apporter une aide au corps, en général. Cela peut apporter des aides face à tous les troubles qui sont induits par le stress. La réflexologie est une aide et un soutien à la santé”

Si la réflexologie trouve son public et se développe, les praticiens souhaitent une reconnaissance en tant que métier. En effet, la formation n'est pas encore validée par un diplôme universitaire et les séances ne sont pas remboursées.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité