Covid-19 : le couvre-feu finalement maintenu à 20 heures en Haute-Savoie

La Haute-Savoie ne fera pas l'objet d'un couvre-feu avancé à 18 heures, annonce la préfecture après avoir consulté les élus locaux. La situation sanitaire y reste toutefois fragile.

La Haute-Savoie faisait partie des dix départements risquant de faire l'objet d'un couvre-feu plus strict. (Illustration)
La Haute-Savoie faisait partie des dix départements risquant de faire l'objet d'un couvre-feu plus strict. (Illustration) © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Après 24 heures d'incertitudes, le couvre-feu sera finalement maintenu à 20 heures en Haute-Savoie. A la suite d'une consultation avec les élus locaux, "le préfet de la Haute-Savoie a décidé de maintenir" les restrictions en vigueur dans le département, fait-il savoir dans un communiqué samedi 9 janvier. La Haute-Savoie faisait partie des départements risquant de voir leur couvre-feu avancé à 18 heures en raison de la dégradation de la situation sanitaire.

Le département dépasse deux des trois critères retenus par les autorités sanitaires pour surveiller l'épidémie de Covid-19 : un taux d'incidence supérieur à 200 et un taux d'occupation des lits de réanimation au-dessus de 49%. Consultés vendredi en préfecture, une grande partie des élus locaux s'est exprimé contre un avancement du couvre-feu.

"J'ai beaucoup insisté sur la dimension psychologique d’une telle mesure. Les enfants viennent juste de reprendre les activités extrascolaires, donc on renverrait un message dur au niveau social", nous expliquait le sénateur (UDI) Loïc Hervé. Le couvre-feu à 18 heures est déjà en vigueur dans dix départements de l'est de la France depuis une semaine. De nouveaux territoires vont y être soumis à partir de dimanche, à l'image du Bas-Rhin, du Haut-Rhin, de l'Allier, du Cher et des Côte d'Or.

Mais vendredi soir, la confusion régnait sur la possible extension de cette mesure à la Haute-Savoie. La préfecture avait annoncé sur son site internet et les réseaux sociaux que le couvre-feu resterait fixé à 20 heures jusqu'au 20 janvier, avant de retirer l'information, expliquant que la décision n'avait pas encore été prise. Plusieurs élus avaient relayé l'information avant de se rétracter.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société