• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Procès du père de Léa tuée à Margencel : Cédric Mahieu “a l'impression que sa fille est toujours là”

© C. Mathieu
© C. Mathieu

Ce lundi 20 mai a débuté devant la cour d'Assises d'Annecy un procès difficile, celui de Cédric Mahieu, soupçonné d'avoir tué sa fille, la petite Léa, retrouvée morte à Margencel en 2016 à l'âge de trois ans. Ce matin c'est un homme dépressif, alcoolique et refusant la réalité qui a été dépeint.

Par Céline Aubert

Ce matin le procès pour assassinat de Cédric Mahieu à débuté à Annecy, devant la cour d'Assises de la Haute-Savoie, avec comme d'ordinaire l'analyse de la personnalité de l'accusé.  

C'est un homme dépressif, alcoolique, addictif au jeu et "immature" qui a été dépeint à l'audience par l'expert psychologue. 

Devant la cour, Cédric Mahieu a confié «  j’ai l’impression que Léa est là, elle est dans la tombe des souvenirs, elle n’est pas morte ». L’homme parle de résurrection, depuis son incarcération il est membre des témoins de de Jehovah.
 
© C. Mathieu
© C. Mathieu


Après la noyade de l'enfant, il a fait comme si la petite fille était vivante à ses côtés. Puis il a fui la réalité de son geste et de sa mort. 

Haine, vengeance, jalousie, rage exacerbée plantent le décor d'une séparation conjugale extrémement douloureuse et difficile, et qui auraient conduit le père à commettre l'irréparable le 23 mai 2016. 
 


La cavale de Cédric Mahieu après la découverte du corps de Léa


Sa photo était diffusée partout, dans toutes les gendarmeries et les commissariats de France, car l'appel à témoins était national. Sa voiture avait été retrouvée en Haute-Savoie.

Cédric Mahieu était séparé de la mère de Léa depuis un an. Placé sous contrôle judiciaire, il devait être jugé pour harcèlement envers son ex compagne. 

Le corps de l'enfant avait été retrouvé dans la villa où la famille habitait, que le père avait conservée. Une première autopsie avait révélé une mort par asphyxie, mais aucune marque de strangulation. On ignorait alors si fillette avait été étouffée, empoisonnée ou noyée, s'il pouvait s'agir d'un accident domestique. 
 
 


Le terrible aveu à la mère de Léa


Plusieurs jours après la mort de l'enfant, Cédric Mahieu avait donné des nouvelles dans une lettre terrifiante à son ex-épouse, où il avouait à demi-mot le meurtre de l'enfant. "Tu as voulu me priver de Léa, c'est moi qui vais t'en priver" avait-il notamment écrit. 

En fuite durant plus de six mois, il avait finalement été retrouvé dans le sud de la France, à la Ciotat, dans un restaurant où il avait trouvé un petit travail sous une fausse identité. C'est en cherchant des photos de sa fille sur internet qu'il avait été repéré par les enquêteurs.  
 
 

Arrêté et transféré en Haute-Savoie, il avait d'abord été mis en examen pour assassinat. Les faits avaient finalement été requalifiés en homicide volontaire, la préméditation n'ayant pas été retenue.

Son procès doit se tenir jusqu'à jeudi.
 
Proces meurtre Léa


 

TD 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dimanche en Politique - La table de Vailhac

Les + Lus