• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Livreurs à domicile : près d'Annemasse, un maire veut en finir avec les infractions des deux-roues sur la route

Le maire d'Ambilly met en garde contre les comportements dangereux des livreurs à domicile sur la route. / © Olivier CORSAN / Max PPP
Le maire d'Ambilly met en garde contre les comportements dangereux des livreurs à domicile sur la route. / © Olivier CORSAN / Max PPP

A Ambilly, dans l'agglomération d'Annemasse, le maire hausse le ton contre le comportement dangereux des livreurs à domicile. Voulant faire au plus vite à bord de leur scooter, ils multiplient les infractions au Code de la route. 

Par Aurélia Abdelbost

Pizzas, kebabs, tacos, sushis... Les offres de livraison à domicile se sont multipliées en quelques années à Ambilly, situé en périphérie d'Annemasse. En tant que client, on exige que son repas arrive de plus en plus vite et du côté des livreurs, le temps, c'est de l'argent. Alors, pour aller plus vite, certains n'hésitent pas à prendre des risques et adoptent des comportements dangereux. Ils empruntent la voie cyclable, le trottoir voire même des sens interdits avec leur scooter, a observé la municipalité.

 

"Il ne faut pas dédouaner les clients"

A Ambilly, aucun accident grave n'a été constaté mais le maire, Guillaume Mathelier, reçoit régulièrement des plaintes de la part des habitants. Aussi, il a décidé de lancer une mise en garde. Il a adressé mi-juin un courrier à 17 établissements de restauration de l’agglomération annemassienne qui proposent un service de livraison à domicile dans sa commune.

"Souvent, il s'agit des jeunes en situation de précarité qui sont pressurisés pour faire vite", fait remarquer Guillaume Mathelier. Demander à se faire livrer une pizza en 20 minutes, est-ce vraiment raisonnable ? "Le système est global, les employeurs doivent aussi sensibiliser leur personnel et il ne faut pas dédouaner les clients qui exigent d'être livrés de plus en plus vite", explique le maire. 

Avec l'arrivée de l'été et surtout d'une nouvelle plateforme de livraison dans la commune de plus de 6 000 habitants, l'élu préfère "prévenir plutôt que guérir". Ce dernier attend maintenant un retour de la part des employeurs, proposant par exemple une charte d'engagement. En attendant, la police municipale veille au grain. 
 

Sur le même sujet

concours du bûcheron aux 7 Laux

Les + Lus