VIDEO. Haute-Savoie : à Ambilly-Annemasse, la formation en soins infirmiers affiche complet

A l'Institut de Formation Soins Infirmiers d'Ambilly-Annemasse, les promotions affichent complet. Les étudiants témoignent : la crise sanitaire a renforcé leur choix, et confirmé que ce métier qui consiste à "prendre soin des autres" avait à leurs yeux, vraiment du sens.

En 1ère année, ils ont déjà fait des stages dans différents services, mais c'est avec des mannequins qu'ils s'entraînent et répétent les gestes techniques
En 1ère année, ils ont déjà fait des stages dans différents services, mais c'est avec des mannequins qu'ils s'entraînent et répétent les gestes techniques © Serge Worreth

Malgré le Covid, ou à cause du Covid? Le métier d'infirmière et d'infirmier fait partie des filières les plus demandées, sur la plateforme post-bac ParcoursSup.

Selon la directrice la directrice de l'Institut Soins Infirmiers d'Ambilly-Annemasse, Isabelle Ruin, même avant 2019, quand l'entrée se faisait encore sur concours , le nombre de candidats a toujours été environ cinq fois plus important que le nombre de places, "ce qui a changé en revanche il me semble" analyse-t-elle, "c'est que la pandémie a renforcé nos étudiants dans leur conviction qu'ils avaient choisi un métier qui à leurs yeux, prenait encore plus de sens".

Ils ont tous des parcours différents mais ont désormais "une crise sanitaire en commun"
Ils ont tous des parcours différents mais ont désormais "une crise sanitaire en commun" © Serge Worreth France 3 Alpes

En effet nombreux en témoignent, comme Magalie David, étudiante en 1ère année " Au début, oui, on a eu un peur peur, comme tous les professionnnels de santé, mais je me suis dit, oui, j'apprends ce métier pour soigner les autres, on est là avant tout pour prendre soin de l'autre, alors certes, il ne faut pas s'oublier, mais tout cela a du sens, je pense qu'au contraire cette crise sanitaire nous a tous renforcés".

Imen Fizir, elle aussi étudiante en 1ère année abonde dans le même sens " moi, mon père a été hospitalisé quand j'étais au collège , cela a sans doute joué, j'ai choisi d'être aide-soignate, cela m'a beaucoup plu, et j'ai eu envie d'évoluer, de devenir infirmière".

Certes, le personnel soignant a reçu des applaudissements de tous au plus fort de la crise, mais tous ces futures diplômé(e)s connaissent ausssi, après déjà plusieurs stages pratiques dans les services, la réalité et le difficulté de ce métier : pression, fatigue morale, manque d'effectifs, et des conditions salariales loin d'être attractives en France.

Il n'empêche, la filière a tout de même la côte et de plus en plus.

Etablissement public de formation, l’IFSI/IFAS est rattaché juridiquement et administrativement au Centre Hospitalier Alpes Léman (CHAL). Au total plus de 400 étudiant.e.s et élèves sont formé.es chaque année au sein de l’établissement.

Dans les onze Instituts de formation en soins intensifs, rattachés à l'Université de Grenoble, on compe 1143 places. 59 autres supplémentaires vont être crées pour la rentrée prochaine.

Reportage Ingrid Pernet-Duparc, Serge Woreth & Lisa Bouchaud

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation emploi économie