Les bouchons font leur retour à la frontière franco-suisse, malgré les tentatives de régulation de la circulation

Depuis fin août, des feux ont été installés à plusieurs douanes du canton de Genève afin de décourager les automobilistes de traverser les villages aux heures de pointe. Le trafic a bien repris depuis la rentrée, malgré quelques changements d'habitudes liés à la crise sanitaire.
Les bouchons ont repris pour la rentrée de septembre à la frontière franco-suisse, malgré quelques changements d'habitudes liés à la crise sanitaire.
Les bouchons ont repris pour la rentrée de septembre à la frontière franco-suisse, malgré quelques changements d'habitudes liés à la crise sanitaire. © France 3 Alpes

Retour à la normale autour de la douane stratégique de Bardonnex, entre Suisse et Haute-Savoie. Bouchons et trafic chargé étaient au programme ce mardi 14 septembre au matin, peu de temps après la rentrée. Même si le confinement et le télétravail ont changé quelques habitudes, le flot d'automobilistes travailleurs frontaliers est incessant aux heures de pointe.

Et tous les moyens sont bons pour gagner du temps, l'idée étant d'emprunter des itinéraires de campagne et de traverser les villages. Mais pour les habitants, ce retour à la normale fait grincer des dents. "On parle de construire une route d'évitement depuis une vingtaine d'années. Les transports ne sont peut-être pas adaptés mais il y aurait sûrement quelque chose à faire. Les gens en pâtissent ici. Le bruit, la pollution... Et ça sent mauvais", regrette une habitante de Soral, en Suisse.

Les bouchons font leur retour à la frontière franco-suisse, malgré de nouveaux aménagements

 

Plan de mobilité à l'étude

Cette situation perdure depuis des années pour les riverains. Les transports publics ont été développés, trois lignes de bus mises en place depuis 2018, mais rien ne change. Les bus demeurent peu fréquentés par les travailleurs frontaliers. "Il y a 8 000 voitures par jour qui passent dans le village. Dans un sens le matin, et dans l'autre le soir", ajoute un autre riverain.

Depuis le 30 août, des feux de circulation ont été installés à trois douanes dans les deux sens de circulation afin de réguler ce trafic pendulaire, et surtout de décourager les automobilistes de traverser ces villages. "Si on veut baisser le trafic de 20%, c'est 4 000 (véhicules par jour). Ca veut dire qu'il faut enlever 1 000 véhicules répartis sur ces quatre petites douanes", constate Chrystelle Charat, directrice de l'office cantonale des transports.

Un plan de mobilité des entreprises est à l'étude afin de décaler les horaires de travail pour certains emplois. Les concertations entre Français et Suisses sont permanentes dans ce Grand Genève en construction. Une construction que certains espèrent plus douce et mesurée.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
suisse international trafic routier économie transports politique