"On a un sentiment d'injustice" : des canons à neige vandalisés à La Clusaz

Plusieurs canons à neige de la station de ski de La Clusaz (Haute-Savoie) ont été vandalisés dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 janvier. L'action n'a pas été revendiquée. Fin décembre, la station des Gets avait été victime d'un acte de vandalisme semblable.

La station de ski de La Clusaz victime d'un acte de vandalisme. Dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 janvier, deux "regards" (des boîtiers d'alimentation fixés au pied des enneigeurs, ndlr) ont été dégradés sur le secteur du Crêt du Merle, confirme le service des pistes.

Des câbles ont été sectionnés et du matériel électronique a été volé. Conséquence : quatre enneigeurs sont hors d'état de marche. Une plainte a été déposée et une enquête à été ouverte par la gendarmerie. Sur place, aucune revendication n'a été constatée.

"Ça nous attriste"

"Les dégâts ne sont pas très lourds. Nous allons pouvoir réparer les mécanismes. Le préjudice financier ne sera donc pas très lourd et l'exploitation de ces canons à neige pourra bientôt reprendre", explique Alexis Cachat-Rosset, directeur du service des pistes de La Clusaz.

"Ça nous attriste, on est même un peu choqués. On fait notre travail, des salariés comptent sur ces infrastructures pour leur activité. On a un sentiment d'injustice et d'impuissance : on ne peut que constater les dégâts", regrette-t-il.

Un lien avec la retenue collinaire ?

Depuis quelques mois et son projet de retenue collinaire, la station de La Clusaz est la cible de critiques. La municipalité veut installer un bassin de 148 000 mètres cubes d'eau sur le massif de Beauregard pour alimenter les habitants de la commune en eau potable, irriguer les activités agricoles, mais aussi de produire de la neige de culture.

Fin septembre, des dizaines d'activistes, notamment du mouvement Extinction Rebellion, avaient occupé les bois du col de la Colombière pendant un peu plus d'un mois pour s'opposer au chantier. Les activistes ont quitté les lieux après l'annonce de la suspension des travaux par le tribunal administratif de Grenoble. Le ministère de la Transition écologique et la mairie ont formé des pourvois en cassation pour contester cette décision et ainsi autoriser les travaux.

Déjà du vandalisme aux Gets

Fin décembre, la station des Gets, également en Haute-Savoie, avait été victime d'un acte de vandalisme semblable. Deux canons à neige avaient été dégradés, des câbles sectionnés et les machines taguées. "Pas de ski sans neige" et un logo qui rappelle celui d'Extinction Rebellion avaient été marqués à la peinture rouge sur les enneigeurs.

Contacté, le mouvement de désobéissance civile à Annecy avait précisé ne pas être à l'origine de ces dégradations.