• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Au coeur de la Réserve Naturelle Nationale des Hauts-Plateaux du Vercors, voici l'abri de Chaumailloux, une sorte de yourte toute en bois, construite en 1976. Jusque fin octobre, elle va être totalement rénovée, à l'identique. L'occasion de re-découvrir un site unique en son genre : la Réserve des Hauts-Plateaux, qui recèle bien des trésors, de faune, de flore, et d'histoire.

La Réserve des Hauts-Plateaux, un site unique

 
Le Mont-Aiguille veille sur les Hauts-Plateaux
Le Mont-Aiguille veille sur les Hauts-Plateaux

Avec ses 17 000 hectares, c'est la plus vaste réserve terrestre de France métropolitaine, entre Corrençon (Isère) et Châtillon-en-Diois (Drôme).

Elle s’étend sur 10 % du territoire du Parc naturel régional du Vercors.

C'est un espace protégé, où cohabitent l'été de très nombreuses espèces sauvages (241 espèces d'insectes, 101 d'oiseaux, 35 de mammifères) et les troupeaux de vaches, chevaux, moutons en alpage.

Sans oublier bien sûr les randonneurs amoureux de la nature. Qui espèrent y rencontrer des bouquetins, marmottes, chamois, tétras-lyre, gypaëtes, ou loups.

Au débouché du Pas de l'Aiguille, l'un des accès les plus faciles aux Hauts-Plateaux, le vallon de Chaumailloux fait figure d'oasis. En cet été très sec, chevaux, vaches et moutons s'y sont rassemblés pour boire. 

C'est en effet l'une des rares zones humides de la Réserve. Fréquentée par homo sapiens depuis des millénaires !
 
La Réserve des Hauts-Plateaux
Intervenant : Bruno Cuerva, garde de la Réserve Reportage : JC Pain, D. Semet, M. Ducret


 

Chaumailloux, un chantier pas comme les autres

 
L'abri de Chaumailloux, juste au-dessus du Pas de l'Aiguille, en plein chantier jusque fin octobre.
L'abri de Chaumailloux, juste au-dessus du Pas de l'Aiguille, en plein chantier jusque fin octobre.

La "yourte" de Chaumailloux date de 1976. Non-gardée, en accès libre, elle est très fréquentée par les randonneurs. Pleine à craquer tout l'été. Cet abri n'avait jamais été rénové depuis sa construction. Et il en avait bien besoin. 
 
L'intérieur de la cabane. Sous le matériel des charpentiers, les bas-flancs sculptés par des générations de randonneurs.
L'intérieur de la cabane. Sous le matériel des charpentiers, les bas-flancs sculptés par des générations de randonneurs.

Jusque fin octobre, les charpentiers sont au travail. Ils respectent un strict cahier des charges. Sans oublier la réglementation de la Réserve. Pour charrier les matériaux de la vallée du Trièves jusqu'au vallon de Chaumailloux, ils ont recours aux chevaux plutôt qu'à l'hélico. 
 
L'un des deux poneys-fjords qui transporte les matériaux jusqu'à Chaumailloux
L'un des deux poneys-fjords qui transporte les matériaux jusqu'à Chaumailloux

Michel, agriculteur à Chichilianne, mène ses poneys-fjords, des chevaux rustiques au pied sûr, à travers le Pas de l'Aiguille. En haut, près de la cabane, Emmanuel, le charpentier-en-chef, a monté une centrale photo-voltaïque.
 
Devant la cabane, les panneaux solaires de la centrale photo-voltaïque
Devant la cabane, les panneaux solaires de la centrale photo-voltaïque

Tout pour se fondre dans la nature environnante. Eviter de faire trop de bruit avec un groupe électrogène, ne pas déranger la faune des Hauts-Plateaux. Les marmottes ne s'y sont pas trompées, elles côtoient sans crainte les ouvriers sur le chantier ! 
 
Chaumailloux, un chantier pas comme les autres
Intervenants : Michel Jay, agriculteur, Emmanuel Carcano, charpentier co-gérant "Home Eco", Agnès Trégret, vice-présidente Parc du Vercors Reportage : JC Pain, D. Semet, M. Ducret

L'abri de Chaumailloux devrait rouvrir en novembre. Pour mener à bien ce chantier pas comme les autres, les charpentiers dorment tout près, dans une ancienne bergerie.

Sans électricité ni eau courante, mais dans un décor sublime. Leur seul regret : devoir poser de la laine de verre plutôt que de la laine de bois. Cette dernière ne répondant pas à la réglementation incendie. 

Ce chantier va coûter au total 60 000 euros. Financés par la Réserve Nationale, sur des crédits d'Etat, avec le soutien du Département de l'Isère. Sans oublier le don de l'association Vercors Nature.