Isère: la casserole d'Alain Cottalorda dévoilée pendant la campagne des élections départementales

Alain Cottalorda, PS / © France 3 Alpes
Alain Cottalorda, PS / © France 3 Alpes

A croire qu'en dehors des périodes électorales, les élus sont exemplaires! C'est en pleine période de campagne électorale que le président PS du Conseil général de l'Isère voit une part d'ombre dévoilée. Le site Mediapart révèle qu'il employait une aide ménagère roumaine au noir pour sa mère. 

Par Franck Grassaud

L'ancien maire de Bourgoin-Jallieu, dont la ville est passée à droite aux Municipales, est candidat aux élections départementales. Alain Cottalorda est actuellement président du Conseil général de l'Isère, depuis le départ d'André Vallini au gouvernement

C'est donc un élu "haut placé" qui est aujourd'hui déstabilisé. Mercredi 4 mars, le site internet Mediapart a diffusé une interview de Camilia P. Pendant près d'un an, cette Roumaine s'est occupée, sept jours sur sept, de la mère très âgée d'Alain Cottalorda. Il l'aurait recrutée en Roumanie pour cette mission. Une fois en France, Alain Cottalorda aura fait les démarches en préfecture avec elle pour qu'elle puisse travailler sur le territoire, mais elle n'aurait "jamais été déclarée malgré ses demandes".

Récit Nathalie Rapuc
Alain Cottalorda mis en cause

L'élu se dégage aujourd'hui de toute responsabilité. Joint par Le Dauphiné Libéré, il a confirmé être au courant que "cette dame roumaine vivait chez [sa] maman". En revanche, il nie, notamment, être allé chercher cette femme en Roumanie.

Pourtant Camilia P. semble formelle et explique même qu'Alain Cottalorda préparait les chèques de sa mère qu'elle n'avait plus qu'à signer. Elle touchait 1.200 euros au black pour 12 heures de travail par jour, du lundi au dimanche. Elle parle "de vie d'esclave". 

La casserole tombe bien

Autant dire que cette affaire tombe à un excellent moment pour l'opposition, même si la droite n'avait pas besoin de ce coup d'éclat pour s'imaginer prendre la tête du Conseil général, sachant qu'il risque de basculer en raison du contexte national et de la division à gauche dans ce département. C'est quand même toujours étonnant de voir ainsi des casseroles sortir en période de campagne électorale! L'UMP38 en fait évidemment sa Une sur son site internet. Au-delà du suffrage, c'est aussi André Vallini qui est touché par ces révélations. Le secrétaire d'Etat n'a-t-il pas poussé Cottalorda dans son fauteuil. 

Sur le même sujet

Que devient le raisin après la récolte ?

Les + Lus