Cet article date de plus de 3 ans

L'auteur de l'attaque au lance-roquettes contre la centrale de Creys-Malville en Isère est mort

Il était connu pour avoir tiré au lance-roquettes sur la centrale de Creys-Malville en Isère. C’était en 1982, la centrale était alors en construction. Le militant antinucléaire Chaïm Nissim est décédé ce mardi 11 avril 2017 par euthanasie à Genève.
Vue extérieure de la centrale de Creys-Malville
Vue extérieure de la centrale de Creys-Malville © Maxppp
C’est dans un livre publié en 2003 que Chaïm Nissim, militant écologiste d’origine israélienne, avait confessé être l’auteur de l’attaque au lance-roquettes contre la centrale de Creys-Malville en Isère en 1982. Une attaque dont l’auteur était jusque-là resté inconnu.

 

Un lance-roquettes pour tirer sur la centrale

 

Dans la nuit du 18 janvier 1982, Chaïm Nissim, raconte le journal suisse Le Temps, utilise un lance-roquettes russe fourni par les « Cellules Communistes Combattantes » et tire cinq projectiles contre le complexe nucléaire. Personne ne sera blessé mais il y a quelques dégâts : deux roquettes pénètrent sous le dôme de la centrale dont une qui manque de peu le "sas à tourniquet" en acier.

Les enquêteurs travailleront pendant 20 ans pour tenter d’identifier le coupable sans jamais y parvenir. L’attaque restera comme la plus spectaculaire jamais menée contre une installation nucléaire.

 

Député écologiste pendant 14 ans

 

Le militant écologiste, né en 1949 à Jérusalem, avait démissionné de son poste d’ingénieur en Israël quand il avait appris que son travail participerait à la « guerre des étoiles » selon l’association Noé21 dont il était le fondateur. Il avait ensuite été député écologiste durant 14 ans au parlement Genevois.

Agé de 68 ans, Chaïm Nissim souffrait de la maladie de Parkinson. Il a décidé de mettre fin à ses jours par euthanasie en Suisse ce mardi 11 avril.

Voici le reportage tourné par France 3 le 19 janvier 1982 :
durée de la vidéo: 01 min 26
Attentat à la roquette contre Creys-Malville

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société suisse international