Coronavirus dans les Ehpad : des retraités interpellent le préfet de l'Isère

Dans une lettre adressée au préfet de l'Isère, l'intersyndicale des organisations de retraités alerte sur la situation particulièrement "inquiétante" des personnes âgées. 

"Il n'y a parfois qu'une seule infirmière le week-end pour 80 résidents " explique les syndicats des retraités au préfet de l'Isère. Photo d'illustration.
"Il n'y a parfois qu'une seule infirmière le week-end pour 80 résidents " explique les syndicats des retraités au préfet de l'Isère. Photo d'illustration. © Frantz Bouton / MAXPPP
"Vous devez d’urgence les protéger." Un cri d'alarme porté par les syndicats de retraités de l'Isère. Dans une lettre, ils interpellent le préfet du département pour alerter sur le manque de protection du personnel soignant et des personnes âgées, dans les maisons de retraite.

Face à la crise sanitaire du coronavirus, les personnes âgées et particulièrement celles en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont les plus vulnérables. En ligne de mire des syndicats : le gel hydroalcoolique, les gants, les masques et lestests de dépistage... Du matériel dont les Ehpad et les soignants manquent pour garantir la protection des patients.  
 

"Une charge morale impossible à tenir"

En Isère, la propagation du virus Covid-19 a déjà provoqué le décès de plusieurs personnes âgées. En seulement quatre jours, au moins neuf résidents sont morts dans la maison de retraite Les Pivoles à la Verpillière. Parmi eux, deux patients avaient été testés positifs au coronavirus et trois salariés de l'établissement avaient été contaminés. "De nombreux autres établissements connaissent ce même drame, car le personnel n’a pas les moyens de protéger les résidents en se protégeant lui-même." 
 
De même, selon les syndicats, le personnel médical peut représenter un risque de contamination au sein des Ehpad. Et cela, malgré le confinement instauré dans les maisons de retraite. "Être soignant est une source d’épidémie mortelle, ce qui est une charge morale impossible à tenir." 
 

Autre objet d'interpellation du préfet : les conditions de travail et de vie aggravées par la crise sanitaire. Solitude des résidents, rythme des services et soins ralentis. Des difficultés dont souffraient déjà les Ehpad avant l'épidémie du coronavirus : "Aujourd'hui, il n'y a parfois qu'une seule infirmière le week-end pour 80 résidents."
 

Un numéro d'urgence pour les personnes âgées isolées

Les syndicats exigent également, après identification des personnes âgées isolées et personnes en situation de handicap, la mise en place d'un numéro d’urgence. Un moyen de leur venir en aide, notamment par la livraison des courses, des repas ou des médicaments nécessaires. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société retraites économie