Cet article date de plus de 3 ans

Affaire Maëlys : Nordahl Lelandais entendu au palais de justice de Grenoble ce jeudi

Une semaine après avoir avoué avoir tué "involontairement" la petite Maëlys, Nordahl Lelandais a été brièvement entendu au palais de justice de Grenoble ce jeudi 22 février. L'audition a été brusquement interrompue. 
© Céline Aubert/France 3 Alpes
Nordahl Lelandais est arrivé au palais de justice de Grenoble vers 9h30 jeudi 22 février. Il a été entendu après avoir avoué, mercredi 14 février, le meurtre "involontaire" de la petite Maëlys lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, fin août.

L'audition a démarré à 10h du matin mais a été brusquement interrompue vers 10h30 constate une journaliste de France 3 présente sur place. "Son avocat, maître Jakubowicz, vient de sortir du Palais de Justice et ne s’exprimera pas", explique-t-elle. "Il aurait refusé de s'exprimer".

 

durée de la vidéo: 01 min 20
Audition de Nordahl Lelandais


Une audition très attendue

L'ancien maître-chien de l'armée de terre, âgé de 35 ans, a été extrait de l'unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) de la prison de Lyon-Corbas, sise au sein de l'hôpital psychiatrique du Vinatier, près de Lyon, où il est hospitalisé depuis vendredi soir. "Suite à ses aveux, un changement de comportement a été constaté" qui a donné lieu à une surveillance particulière de Nordahl Lelandais "pour éviter tout passage à l'acte", a indiqué l'Administration pénitentiaire (AP).


Cette audition était très attendue pour comprendre ce qui est arrivé à Maëlys De Araujo cette nuit du 26 au 27 août à Pont-de-Beauvoisin où elle participait à une fête de mariage avec sa famille, avant de disparaître. "On a le +où+ et le +quand+, il nous manque le +comment+ et le +pourquoi+" de la mort de la fillette de 8 ans, dont le squelette et quelques effets (la robe et une sandale) ont été retrouvés à l'endroit où Nordahl Lelandais a conduit les enquêteurs mercredi", a relevé une source proche de l'enquête.


Avant ce nouvel interrogatoire, programmé avant les aveux, des sources proches du dossier interrogées s'étaient montrées dubitatives quant à ce que pourrait déclarer Nordahl Lelandais, qui selon elles n'a avoué qu'"acculé" par la découverte de nouvelles charges.

"Les juges vont mesurer la réalité de sa volonté de s'exprimer. On a hâte de voir s'il va parler ou juste dire quelque chose en attendant le retour des expertises" sur le squelette de l'enfant, ainsi que sa robe et une sandale retrouvés à proximité, avait confié l'une de ces sources. Or, ces expertises "demandent du temps", avait précisé une autre, qui estimait que le prévenu allait certainement "attendre pour voir".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire maëlys faits divers justice société