Bus et tram à Grenoble : l’expérimentation Flowly va permettre d’adapter l’offre de transport aux besoins des voyageurs

© SEMITAG - Pierre Paillard
© SEMITAG - Pierre Paillard

Marre des bus et tramways bondés que vous voyez passer sans pouvoir y monter ? A Grenoble, un nouveau dispositif pourrait bien tout changer. Flowly détecte et analyse les flux de voyageurs dans les transports en commun. Le système est expérimenté depuis le 28 octobre 2019. Explications.
 

Par AH


Aujourd’hui, les réseaux de transports en commun s’appuient essentiellement sur des études et les données de montées à bord des véhicules pour évaluer et ajuster leur offre.

Mais il y a les fraudeurs, ceux qui oublient de composter leur billet ou de "biper" leur carte d’abonnement. Par ailleurs, ni les points de descente, ni les correspondances effectuées ne sont réellement connues.

Pour mieux appréhender les habitudes des voyageurs et adapter l’offre de transport aux besoins, le SMTC (syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise et la SEMITAG (société des transports publics de l’agglo) ont décidé de tester un nouveau système baptisé Flowly.
 

Des capteurs dans les bus et tramways


Depuis le 28 octobre et pour une durée d’un an, 36 capteurs ont été installés dans 18 rames de tramway.

Ils détectent et enregistrent en temps réel les ondes des smartphones et tablettes des usagers. Cette collecte va permettre de connaître le nombre d'usagers mais aussi d'analyser leurs trajets (durée, temps d'attente, correspondances...)

L'anonymat des voyageurs garantie


Cette collecte s’effectue grâce aux fonctionnalités WiFi ou Bluetooth de ses appareils. En clair, quand vous entrer dans le tram avec votre portable, vous êtes détecté.

Mais pas de panique, votre anonymat est respecté. Le système n'a pas accès aux données personnelles des usagers. Le système a été mis au point avec la CNIL et il est conforme au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD).
 

L'objectif du premier test


L’objectif de ce premier test ? Analyser quantitativement et qualitativement les déplacements sur le nouveau réseau de soirée (21h/2h) du réseau grenoblois lancé en septembre 2019.

L’expérimentation va se concentrer sur les lignes de tramway A et C. À Grenoble, la station "Chavant", point de correspondance de ces deux lignes, va être l’objet de toutes les attentions

Un premier bilan de l'expérimentation sera fait à la fin du mois.




 

Sur le même sujet

Les + Lus