"C’est un déchirement" : en Isère, les stations de ski ferment les unes après les autres faute d’enneigement

Après le Collet d'Allevard et le Col du Barioz, c’est au tour des domaines de l’Alpe du Grand Serre et de Villard-de-Lans de fermer en cette fin décembre. Depuis le début de la saison, les stations iséroises souffrent d’un manque d’enneigement et de températures trop douces.

La neige se fait rare cet hiver en France, surtout dans les stations de moyenne montagne. En Isère, de plus en plus de domaines skiables sont contraints de fermer leurs remontées mécaniques faute d’enneigement suffisant.

Les stations du Collet d'Allevard et du Col du Barioz ont déjà été contraintes de fermer le week-end de Noël. Dans le Vercors, les domaines alpins d’Autrans-Méaudre et de Gresse-en-Vercors ont aussi dû renoncer, tandis que d’autres, comme les Coulmes, n’ont jamais vu la neige arriver.

Ce samedi 31 décembre, les stations de l’Alpe du Grand Serre et de Villard-de-Lans se sont elles aussi résignées à arrêter leurs remontées mécaniques. "C’est un déchirement, mais le domaine n’était plus skiable, on était arrivé au bout, se désole Arnaud Lemercier, responsable des pistes à l’Alpe du Grand Serre. Il est déjà arrivé que la station n’ouvre pas de la saison, faute de neige. Mais c’est la première fois qu’on ouvre les pistes pour les refermer en milieu de saison. Chez les équipes, il y a beaucoup de déception".

Dans le Vercors, les gens ont l’habitude et sont très philosophes. Il y a un dicton qui dit qu’ici, en hiver, c’est soit tout blanc, soit tout vert.

Fabrice Mielzarek, directeur de l’office de tourisme de Villard-de-Lans

La station de Villard-de-Lans/Corrençon, a dû prendre la même décision radicale en fermant ses domaines alpins et nordiques. "C’est catastrophique pour les gens qui vivent de la neige, car ils ne font pas de chiffre d’affaires, reconnaît Fabrice Mielzarek, directeur de l’office de tourisme. Mais dans le Vercors, les gens ont l’habitude et sont très philosophes. Il y a un dicton qui dit qu’ici, en hiver, c’est soit tout blanc, soit tout vert".

Un redoux fatal

Ce week-end du 31 décembre est marqué par des "températures extrêmement douces" de l'ordre de 15 à 16 degrés en plaine et basse altitude.

Ce samedi, par exemple, le thermomètre affiche 16 degrés à Villard-de-Lans. C’était déjà le cas le 25 décembre. "Nous n'avons battu aucun record, remarque Denis Roy, responsable du centre Météo-France des Alpes du Nord. Les températures sont un voire deux degrés en dessous des records. Pour autant, les températures sont de six à huit degrés au-dessus des normales, ce qui est considérable."

"Il faut savoir rebondir"

Dans le département, d’autres stations fonctionnent en mode dégradé. À Chamrousse, seul 45% du domaine alpin est accessible. Tandis qu’aux 7 Laux, les skieurs ne peuvent profiter que de 18 pistes sur 63.

Face à ce manque de neige, les professionnels s’organisent pour proposer des activités alternatives.  À l’Alpe du Grand Serre par exemple, le Bike Parc va rouvrir dès le 7 janvier. "Comme en été, on va à nouveau proposer du vélo de descente en attendant les nouvelles chutes de neige, explique Sandro Conti, conseiller en séjour à l’office de tourisme. On essaye de mettre à jour les programmes et de prévoir autre chose en dehors du ski. Il faut savoir rebondir".

Alors que la pluie et le redoux ont entraîné la fermeture de la moitié des pistes de ski en France, seules les stations d'altitude parviennent à tirer leur épingle du jeu en Isère. L’Alpe d’Huez et les Deux Alpes ont fait le plein de skieurs pendant toutes les vacances scolaires.