Comment la ville de Grenoble réutilise l'eau d'une piscine municipale pour nettoyer les rues et arroser les espaces verts

A Grenoble, en Isère, pour la deuxième année consécutive, l’eau de la piscine municipale est réutilisée pour nettoyer les rues et arroser les espaces verts de la ville. Cette initiative, écologique, permet de réemployer plus de 300 mètres cubes d’eau.

Après un été à accueillir les Isérois en quête de fraîcheur pendant la canicule, la piscine Jean Bron a fermé ses portes le 27 août dernier. Depuis, l’eau des bassins a entamé une seconde vie : celle de servir au nettoyage des rues ou à l’arrosage des espaces verts de la capitale des Alpes. "L’objectif est de ne pas perdre ce bien si précieux", confie Céline Mennétrier, adjointe chargée des sports pour qui cette initiative est "une nécessité, voire une urgence" suite aux fortes chaleurs et épisodes de sécheresse sur le territoire.

Au moins 300 mètres cubes d’eau recyclés

L’initiative existe depuis deux ans. "Le test de l’année dernière s’est révélé très positif", affirme Gilles Namur, adjoint chargé des espaces publics et de la biodiversité à la mairie de Grenoble.

La piscine municipale représente 2 500 mètres cubes d’eau. "Il a fallu attendre que le chlore s’évapore" pendant une dizaine de jours explique Céline Mennétrier. Une partie de cette eau est ensuite utilisée directement à partir du bassin "jusqu’à ce que les algues prolifèrent" tandis que 300 mètres cubes sont conservés dans une bâche de stockage pendant six mois.

Cette eau est ensuite pompée afin de remplir les véhicules des agents techniques de la commune. Elle "servira à l’arrosage des jeunes arbres, des jardinières et à l’entretien des rues, des marchés ou encore des aires de jeux", complète Gilles Namur.

La mairie de Grenoble aimerait, par la suite, étendre ce système de récupération à d’autres piscines afin de sauver l’eau usée lors des vidanges annuelles.