Grenoble : pour Eric Piolle, il n'est "pas l'heure de choisir un candidat" écologiste pour la présidentielle de 2022

Pour Eric Piolle, invité de France Inter ce mercredi 3 février, il est encore trop tôt pour se focaliser sur la présidentielle. Le maire de Grenoble affirme privilégier les échéances des élections régionales et départementales, prévues en 2021.

Eric Piolle le 30 novembre 2020.
Eric Piolle le 30 novembre 2020. © Joel Saget/AFP

Ne pas s'emballer... C'est le message qu'a souhaité faire passer Eric Piolle ce mercredi 3 février, en parlant de l'élection présidentielle. Invité de la matinale de France Inter, le maire EELV de Grenoble a estimé qu'il "n'est pas l'heure de choisir un candidat ou une candidate" du parti écologiste pour 2022. Selon lui, "l'heure est aujourd'hui [...] de se focaliser sur ce qui est important, [...] c'est-à-dire les élections régionales et départementales" de 2021, a-t-il expliqué.

Probable concurrent de Yannick Jadot pour la primaire à venir au sein d'Europe Ecologie-Les Verts, Eric Piolle a lancé récemment sa plateforme politique, "Une certaine idée de demain". Assurant refuser pour l'instant "la course de petits chevaux", Eric Piolle n'a pas répondu à une question sur ses propres ambitions.

Et, interrogé sur Yannick Jadot, qui accélère sa course en vue d'une probable candidature à la primaire EELV et doit tenir mercredi une conférence de presse, le maire de Grenoble a assuré que le député européen "fait partie de la famille politique". "Nous sommes un certain nombre à avoir une responsabilité pour fédérer cet arc humaniste, a-t-il ajouté. Fédérer derrière l'écologie politique, c'est ce que je conduis à Grenoble, et ça marche."

"Se fédérer autour d'un projet"

"Si [la gauche] est éparpillée façon puzzle, ça se repassera comme en 2017", prévient l'élu, mais "s'unir pour s'unir, ça a donné la victoire de François Hollande en 2012, je sais pas si c'est le meilleur souvenir pour des électeurs de gauche". "La solution, c'est de faire du fond, de se fédérer autour d'un projet", a-t-il complété.

Un appel du pied aux autres forces de gauche, qu'Eric Piolle avait déjà initié lors des Amphis d'été de La France insoumise, en août 2020. Chaleureusement accueilli par les militants LFI, le maire de Grenoble avait alors proposé qu'EELV et LFI "fassent la démonstration qu'ensemble on peut gagner" en s'alliant dans quatre régions pour les élections de 2021. 

"Piolle est la seule personne [à EELV] qui dit que c'est possible", s'était alors réjoui Jean-Luc Mélenchon. "Il faut aller à l'essentiel, certes discuter sur les désaccords mais aussi savourer ce sur quoi on est d'accord, avait ajouté le chef de file des insoumis. Je souhaite que ça pèse dans le débat à EELV, pour que nous nous voyions autrement que comme des concurrents".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élection présidentielle politique élections élections régionales élections départementales